Les achats d’or ont atteint un niveau record lors du premier semestre...

Les achats d’or ont atteint un niveau record lors du premier semestre 2016

0
argent et or lingots et pièces

Le WGC – World Gold Council – rapporte que la demande d’investissement de 2016 écrase déjà le record enregistré en 2009, avec une hausse de 16 % (source MineWeb.com).

Les investisseurs ont acheté des quantités d’or record dans la première moitié de 2016, notamment suite aux inquiétudes que le vote de la Grande-Bretagne sur son adhésion à l’Union européenne a amenées, mais aussi en rapport avec l’élection présidentielle américaine à venir, qui a également modelé la hausse de la demande en question.

L’effondrement des rendements a également réduit l’appétit pour des alternatives comme les actions et les obligations

À ce propos, les achats d’or, s’élevant à 1 064 tonnes métriques en 2016, ont bel et bien écrasé le record de 2009, et ce avec 16 % de hausse. C’est du moins ce que le WGC – World Gold Council – a officiellement annoncé jeudi, dans un rapport. En effet, dans le cadre d’un trimestre seulement, la demande des investisseurs a fait plus que doubler, atteignant ainsi les 448,4 tonnes. Notons également que les prix plus élevés touchent plus ou moins lourdement la demande de bijoux, mais augmentent par la même occasion l’offre en matière de couverture et de ferraille.

Le prix de l’or a bondi de 25% dans la première moitié de l’année, ce qui représente la hausse la plus ample en quatre décennies, alors même que la demande des consommateurs a ralenti en Inde et en Chine – les plus gros acheteurs. Les investisseurs se sont empressés dans la négociation en bourse de fonds de lingots, et ce en grande partie parce que les risques politiques, tels que le Brexit et l’élection de Donald Trump, se sont davantage concrétisés. Qui plus est, les taux négatifs sur les obligations souveraines de nombreuses nations, ont également contribué à atténuer, voire même à effacer dans certains cas, le rendement zéro de l’or.

« L’augmentation de la demande en investissements a contribué à faire de l’or l’un des meilleurs atouts de l’année, surperformant confortablement de nombreux indices boursiers, obligations, matières premières, ou encore l’immobilier ». C’est ce qu’Alistair Hewitt, chef du « market intelligence » dont le conseil est basé à Londres, a déclaré par téléphone. « Les développements politiques occidentaux, ainsi que l’affaire Brexit et les élections américaines qui se profilent, ont été les principaux facteurs qui ont créé une incertitude ».

Bien que l’intérêt des investisseurs se soit élargi, la demande de la part d’autres acheteurs fut découragée au travers de la hausse des prix. Les holdings dans la sphère des ETFs associés à l’or, ont bondi de 34%. En d’autres termes, ils sont passés à 1 952,5 tonnes dans la première moitié de l’année. C’est ce que montrent les données compilées par Bloomberg. Cela dit, dans le même temps, la demande totale en bar et en coin n’a que peu changé.

La hausse des prix a également touché la demande des principaux pays consommateurs. En Inde, la demande des consommateurs a chuté de 18% au deuxième trimestre, comparé à l’année dernière, tandis qu’en Chine, elle a chuté de 14% : c’est ce que nous montrent les chiffres.

« Il y a eu un effet négatif sur certains grands marchés de bijoux sensibles aux prix, notamment en Inde et en Chine », a déclaré Hewitt. « Le marché de la bijouterie est faible ».

Cela dit, les achats peuvent s’accélérer plus tard dans l’année, avec la saison des mariages en Inde qui devrait libérer la demande refoulée, selon le World Gold Council. Pourtant, ce même conseil a réduit ses prévisions annuelles pour la consommation indienne de 750 à 850 tonnes, et pour celle des Chinois, de 850 à 950 tonnes. En mai, il avait estimé une consommation de 850 à 950 tonnes en Inde, et de 900 à 1 000 tonnes en Chine.

La demande des banques centrales a ralenti pour un troisième trimestre consécutif, passant de 40 % en glissement annuel à 76,9 tonnes. Elles pourraient acheter 400 à 500 tonnes cette année, ce qui est une baisse claire, comparé aux 566,7 tonnes de l’année dernière.

Du côté de l’offre, les prix plus élevés ont fait hausser la couverture de production et, en ce sens, ils ont aussi fait hausser les affaires associées à la ferraille et donc au recyclage de celle-ci. Le World Gold Council a déclaré que la ferraille a augmenté de 23 % au cours du trimestre. En d’autres termes, elle est montée à 327,7 tonnes. La couverture de production est passée à 30 tonnes, après avoir été une source nette de la demande dans la même période lors de l’année dernière. L’offre totale a augmenté de 10 %, passant à 1 144,6 tonnes.

Le conseil prévoit que la demande mondiale d’or sera de 4 200 à 4 300 tonnes en ce qui concerne cette année, alors qu’elle était de 4 218,1 tonnes en 2015.

Voici encore quelques chiffres supplémentaires concernant l’offre et la demande :

  • La demande totale des consommateurs a chuté de 9%, passant à 655,7 tonnes. La demande combinée en termes de bar et de coin a augmenté de 1 %, passant à 211,6 tonnes. Les achats de bijoux ont chuté de 14%, passant à 444,1 tonnes. La production minière a fait l’objet d’un dynamisme peu conséquent, en passant à 786,9 tonnes. La demande en matière d’utilisation de la technologie, y compris les technologies électroniques et de dentisterie, a chuté de 3 %, en passant à 80,9 tonnes.