L’appétit pour l’or grimpe en flèche sans montrer de signes de faiblesse

L’appétit pour l’or grimpe en flèche sans montrer de signes de faiblesse

1
demande d'or physique au T1 2016

Article de MarketWatch.com, publié le 12 mai 2016 :

« Luttant contre un environnement économique mondial incertain, les investisseurs semblent ne pas être rassasiés en ce qui concerne l’or, et les signes indiquant une baisse de cet appétit sont très rares.

Il s’agit de l’évaluation faite par le rapport trimestriel du World Gold Council concernant la demande d’or, qui fut publié ce jeudi. Il indique que la demande d’or a augmenté de 21 % pour s’élever à 1290 tonnes durant le premier trimestre 2016 par rapport au même trimestre de l’année précédente. Ce qui fait du T1 2016 le second trimestre le plus robuste de l’histoire.

Cet appétit pour les métaux précieux a été principalement poussé par les énormes acquisitions d’or des ETF, d’après le Council, l’association qui réunit les producteurs d’or les plus importants du monde. Ces acquisitions ont totalisé 364 tonnes durant ce trimestre, soit les achats trimestriels les plus importants depuis les 3 premiers mois de 2009. Durant le même trimestre 2015, ces acquisitions avaient tout juste atteint les 26 tonnes.

L’ETF SPDR Gold Trust (GLD), fonds indiciel coté de l’or parmi les plus populaires, a grimpé de 20 % depuis le début de l’année. Il n’y a pas que les tensions économiques qui ont poussé les investisseurs vers l’or. Les taux négatifs au Japon et en Europe ont également joué un rôle d’après le World Gold Council.

« 2 thèmes majeurs ont émergé durant le premier trimestre 2016. Encouragé par l’incertitude générée par les taux d’intérêt négatifs, le secteur de l’investissement fut l’acteur dominant de la demande d’or, contribuant ainsi à faire grimper les prix de 17 % au cours de ce trimestre alors que les acquisitions des ETF gonflaient, » a écrit dans un communiqué Alistair Hewitt, responsable de l’intelligence du marché au World Gold Council.

Les rendements des actifs liés aux taux augmentent quand les taux grimpent. Vu que l’or ne rapporte rien, son attrait en tant qu’investissement grandit lorsque les taux sont bas ou même négatifs. Des attentes revues à la baisse quant à de nouvelles hausses des taux aux États-Unis ont affaibli le dollar cette année, alors que l’or et le dollar évoluent habituellement en sens opposé. (…)

Goldman Sachs a relevé ses prévisions pour le cours de l’or, tandis que Solita Marcelli de JP Morgan Private Bank a déclaré à CNBC mercredi qu’elle recommande à ses clients de se positionner « pour un nouveau marché haussier, et très long, de l’or. »

Hewitt, abordant les perspectives, a déclaré que « les incertitudes qui règnent sur les marchés et les politiques monétaires non conventionnelles qui perdurent » continueront de soutenir la demande des investisseurs et des banques centrales. Ce trimestre a montré que les banques centrales restent de grandes acheteuses du métal précieux, ayant fait l’acquisition d’environ 109 tonnes durant le T1. Cela fait 21 trimestres d’affilée que les banques centrales sont globalement acheteuses alors qu’elles se diversifient du dollar.

Tandis que les investisseurs se sont rués vers l’or, la demande des bijouteries a vécu un trimestre difficile en raison de la faiblesse de l’économie chinoise et d’une grève de 42 jours des bijoutiers indiens, a précisé Hewitt. Mais selon lui, cette demande indienne n’a été que reportée, les achats devraient augmenter durant la saison des mariages. »