Argent : 12 années consécutives de demande supérieure à la production

Argent : 12 années consécutives de demande supérieure à la production

1
argent

Cela fait plus de 10 ans que la demande d’argent physique est supérieure à la production. C’est ce que nous apprend cet article de SRSroccoreport.com qui mène bien entendu à la question suivante : d’où vient l’argent physique manquant de ces 12 dernières années ?

« D’après le dernier rapport intérimaire 2015 du Silver Institute, la planète connaît un déficit de production d’argent depuis 12 ans. Si le Silver Institute avait dans un premier temps annoncé un petit surplus en 2014, la révision des chiffres de l’année dernière a débouché sur un nouveau déficit. (…)

deficit de production d'argent 2004 - 2015

La balance annuelle nette est obtenue en faisant la soustraction de la demande d’argent physique moins la production. (…) En prenant désormais en compte les derniers chiffres publiés, on constate un nouveau déficit de production d’argent au niveau mondial (note : le chiffre de 2015 est une estimation), le surplus de 2,6 millions d’onces de 2014 s’étant transformé en déficit de 21,3 millions d’onces en raison de la chute de la production d’argent à travers le monde ainsi qu’une révision à la hausse de la demande d’argent physique à des fins d’investissement. (…)

Durant la période 2004-2015, la différence entre la production d’argent et la demande s’élève à plus d’un milliard d’onces. Une quantité énorme mais d’où vient-il ? (…) C’est la question à un trillion de dollars. Je pense que ce milliard d’onces a été fourni par ce que l’on appelle « les stocks d’argent existants non répertoriés ». (…)

Le CPM Group a déclaré que les stocks d’argent non répertoriés ont atteint un pic de 2,2 milliards d’onces (chiffre approximatif) en 1990 pour s’élever à moins de 200 millions d’onces en 2014. Ce stock d’argent non répertorié a fourni durant ces 25 dernières années le déficit de production ainsi que les ETF.

Même s’il est impossible de savoir combien d’argent reste disponible dans ces stocks non répertoriés, ils sont probablement moindres que les estimations les plus basses. (…) »