Au Danemark, votre crédit hypothécaire peut vous rapporter de l’argent !

0
2150

Les taux d’intérêt directeurs négatifs se multiplient dans les pays qui souhaitent affaiblir leur monnaie sans passer par un peg aux conséquences désatreuses (cfr la BNS). Cependant cette anomalie engendre des conséquences terribles, elle aussi. L’exemple du Danemark, via ZeroHedge :

Alors que les politiques de taux zéro sont à la mode dans la zone euro et que pour plus de 1,5 trillion d’obligations les taux sont négatifs, de nombreuses personnes se sont demandé quand cette générosité perverse allait être offerte à d’autres débiteurs, ne devenant ainsi plus l’apanage des gouvernements européens insolvables (dont la dette produit un intérêt négatif vu que la BCE est prête à acheter n’importe quelles obligations pourries de l’Union). En fait, pas plus tard qu’aujourd’hui, nous demandions sur Twitter qui sera le premier à offrir un crédit hypothécaire avec un taux négatif.

C’était sans savoir que quelques minutes seulement après notre Tweet, nous allions apprendre qu’il y a au moins un pays qui paie les candidats propriétaires s’ils contractent un crédit hypothécaire. Vous lisez bien : le crédit hypothécaire à taux négatif est désormais une réalité.

Grâce à la générosité de Mario Draghi, octroyée sur le compte des générations futures vouées à l’esclavage et suite à 3 baisses consécutives de taux par la banque centrale danoise, une banque locale Nordea Credit, offre aujourd’hui un crédit hypothécaire avec taux négatif ce qui signifie que la banque paie à ses clients un intérêt pour qu’ils empruntent de l’argent.

Il s’agit d’un taux variable de – 0,03 à 0,03 %. La plupart des clients doivent payer des intérêts très modestes mais certains reçoivent de l’argent pour avoir emprunté. Pas besoin d’avoir un doctorat en économie pour comprendre que cette situation est tout sauf saine.

Voilà que subitement, dans un premier temps au Danemark et bientôt partout en Europe, nous sommes dans une situation où les épargnants doivent payer leur banque pour simplement avoir de l’argent sur leur compte, tandis que ceux qui contractent un emprunt sont rémunérés. (…)

Le fait que tout ceci va se terminer dans un bain de sang et de larmes est clair pour tout un chacun sauf pour les économistes les plus en vue dans les médias. En attendant, nous sommes impatients de voir les nombreuses opportunités grotesques qui vont émerger en Europe (et bientôt au Japon et aux États-Unis) dans les mois qui viennent alors que les débauches de dépenses seront directement subsidiées et financées par notre système monétaire insolvable, tandis que les comportements responsables et le travail honnête seront punis.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here