Bail-in : le cauchemar des épargnants, ou comment vous pourriez perdre votre...

Bail-in : le cauchemar des épargnants, ou comment vous pourriez perdre votre argent à la banque

0
bail in

Nous l’avons évoqué à travers plusieurs articles consacrés à la mise en place de nouvelles règles concernant la résolution des faillites bancaires : désormais, ce sera le concept du bail-in, ou renflouement interne, qui sera appliqué en lieu et place des plans de sauvetage gouvernementaux. Dans ce rapport spécial de Catalyst Equity Research, Robin Cornwell explique comment ces nouvelles règles vont bouleverser la façon dont vous épargnez, ainsi que les risques qu’elles font peser sur vos économies.

Le rapport de Robin Cornwell commence par spécifier que les citoyens de tous les pays occidentaux ne seront pas « épargnés » : les États-Unis, l’Europe, le Canada et le Royaume-Uni ont déjà pris les mesures nécessaires. Et les pays du G20 qui ne l’ont pas encore fait ne tarderont plus.

Il enchaîne en expliquant qu’il suffit de se pencher sur les textes de loi et règles qui ont été ratifiés en Europe et ailleurs pour comprendre que votre argent pourra être saisi sans autre forme de procès. Désormais, les banques qui sont en faillite, ou semblent l’être (ce qui signifie que, potentiellement, de l’argent pourrait être saisi pour simplement recapitaliser une banque), ne recevront plus d’aides des gouvernements avant d’avoir exploité tous les actifs qui se trouvent en leur possession.

Les premiers visés seront les actionnaires lambda, mais cela sera loin de suffire. Avec les actifs qui appartiennent à la banque, on atteint seulement 10 à 15 % des fonds de tout établissement bancaire. Le reste sera donc pris directement sur les dépôts non assurés d’épargnants qui ne se doutent de rien. L’auteur rappelle qu’en faisant un dépôt à la banque, c’est celle-ci qui devient la propriétaire légitime de l’argent ; elle vous remet en échange un « IOU », une reconnaissance de dette. Autrement dit, pour votre banque votre argent est un engagement non-garanti.

Vous considérez cela comme du vol ? Robin Cornwell affirme que vous avez raison. Le renflouement interne, c’est un dispositif qui légalise le vol. C’est exactement ce qui s’est passé à Chypre ; 47,5 % des dépôts au-dessus de 100.000 € ont été confisqués, du jour au lendemain, pour un total de 4 milliards d’euros.

Pourquoi de telles règles, et pourquoi maintenant ?

C’est en raison de la crise de 2007-2009 et des plans de renflouement bancaire qui ont coûté des fortunes aux gouvernements du monde occidental, que de telles règles ont été instaurées. Malgré leur fragilité, les banques ont augmenté leurs fonds propres de seulement 1 à 3 %.

Depuis le 1er janvier 2016, ces dispositions sont appliquées dans l’Union européenne et au Royaume-Uni. Aux États-Unis, elles existent dans le Titre II de la loi Dodd-Frank. Ces lois sont à l’étude en Australie et en Nouvelle-Zélande tandis qu’elles ont été votées par le Parlement du Canada.

En conclusion

Dans de nombreuses économies développées, les gouvernements ont décidé de faire des épargnants le filet de sécurité des banques en faillite. Vu ce risque, il est crucial de préserver la liquidité de vos actifs, nécessité devenue difficile pour votre épargne à la banque en raison de ces règles de renflouement interne. Il existe cependant des alternatives, selon Robin Cornwell :

  1. Garder de l’argent « sous le matelas » (selon l’expression consacrée, nous vous conseillons quand même de trouver une meilleure cachette) : en définitive, cela n’est pas si idiot que cela, non ?
  2. Accepter les taux négatifs des obligations d’État vu la très haute liquidité de cet actif (selon Robin Cornwell  c’est sûr, nous ne sommes pas de cet avis).
  3. Posséder de l’or alloué et assuré. Les taux négatifs rendent la possession de l’or très attractive vu que le métal jaune a suivi le rythme de l’inflation depuis 1972 tout en offrant un rendement moyen annuel de 8,3 % sur ces 40 dernières années, et tout ceci sans risque, selon l’auteur. L’or est utilisé en tant que monnaie depuis plus de 3000 ans, il est encore utilisé aujourd’hui par les banques centrales à cette fin. L’or est un actif hautement liquide. D’après les statistiques du LBMA, pour 23 milliards de dollars d’or sont échangés chaque jour.