Ben Davies sur la BRI, le référendum en Suisse et la backwardation

Ben Davies sur la BRI, le référendum en Suisse et la backwardation

0
or

Tandis que nous sommes témoins d’une backwardation importante sur le marché de l’or, ainsi que d’une grande volatilité depuis ces dernières semaines, Ben Davies propose quelques explications intéressantes, en rapport au référendum sur l’initiative « Sauvez l’or de la Suisse » qui approche à grands pas (source).

« À part l’or et l’argent, je ne connais aucun autre marché dont les chances qu’il baisse de plus de 10 % sont très minces. C’est sans conteste le moment d’acheter des métaux précieux.

Certains parlent de baisse jusqu’à 800 ou 900 $ pour l’or. Je pense que le moral des investisseurs est tellement bas que nous sommes déjà au plus bas. Notre société s’est déjà positionnée pour le moyen et le long terme.

Je pense qu’une grande partie de la volatilité est à remettre sur le compte du référendum suisse. Si j’étais la Banque Nationale suisse, ou les planificateurs centraux occidentaux, et que j’avais pour objectif de semer le doute dans l’esprit des Suisses, créer de la volatilité sur le marché de l’or permettrait sans doute d’atteindre cet objectif.

Je pense que le système politique et financier n’est pas demandeur d’un franc suisse plus fort, ce qui sera le résultat en cas d’approbation du référendum. S’il devait passer, l’adossement artificiel à l’euro du franc serait sous une telle pression qu’il exploserait. Ce serait les conséquences d’un adossement du franc suisse à 20 % d’or.

Pour déstabiliser les gens, quoi de mieux que de pousser à la baisse le cours des futures du COMEX ? En gros, cela fait passer le message suivant aux Suisses : « voulez-vous vraiment que votre banque centrale détienne un actif qui peut baisser de 5 à 10 % en un mois. Nous ne le pensons pas. »

J’ai une théorie à ce sujet : je pense qu’actuellement, la BRI (banque des règlements internationaux) a préparé un swap qui serait conclu immédiatement si le référendum devait passer, si bien que la BNS disposerait immédiatement d’une grande partie de l’or dont elle a besoin. Cela expliquerait pourquoi les taux GOFO sont négatifs.

Il n’est donc pas étonnant que l’or ait baissé ces dernières semaines. Cependant, cette baisse fut immédiatement accompagnée d’une demande sérieuse en provenance des mêmes en Asie, à savoir principalement l’Inde et la Chine. Le marché a pu ainsi rapidement rebondir aux environs des 1200 $ l’once. Ils ont eu du mal à contrôler le marché par la suite, d’autant qu’avec les taux GOFO négatifs, cela a augmenté la demande.

Si les Suisses devaient voter non au référendum, il est fort possible que nous recevions une nouvelle chance d’acheter de l’or et de l’argent à des cours plus bas. Cependant, le sentiment est si bas qu’il pourrait être risqué de faire la fine bouche. (…) »