Bill Gross : les investisseurs risquent de se retrouver comme le Coyote

0
1758

Bill Gross, le roi déchu des obligations et de Pimco conseille la prudence alors que les marchés financiers risquent d’être déstabilisés par l’interventionnisme exacerbé des banques centrales.  Article de Bloomberg, publié le 3 décembre 2015 :

« Bill Gross affirme que les investisseurs devraient se positionner afin de protéger leur portefeuille en 2016 plutôt que de viser des rendements plus élevés alors que les efforts des banques centrales pour stimuler l’économie mondiale plantent le décor d’une chute ultérieure des marchés.

Gross, l’ancien gestionnaire du plus gros fonds obligataire du monde qui a rejoint la société Janus Capital Group Inc. l’année dernière a déclaré que les banquiers centraux, à travers leur création monétaire, se comportent comme des joueurs qui ne cessent de doubler la mise afin de récupérer leurs pertes.

« Un beau jour, la tendance négative qui règne sur l’économie réelle finira par mettre un terme à l’ascension des prix des actions et des obligations. Les investisseurs se retrouveront alors comme le Coyote de Bip Bip lorsqu’il est en chute libre, à se demander jusqu’où ils tomberont » a écrit Gross dans un bulletin d’information d’investissement de Janus jeudi dernier. Le Coyote est ce personnage de dessin animé qui pourchasse sans relâche Bip Bip en s’humiliant sans cesse à cause de sa maladresse.

Dans ses deux derniers bulletins d’information mensuels, Gross avait exhorté la Fed à relever ses taux alors que l’on s’attend à ce que la Fed augmente ses taux d’intérêt pour la première fois depuis 2006 ce mois. Gross s’est attaqué aux politiques de taux planchers de la BCE de la Banque du Japon, lancées afin de ressusciter leur économie à la traîne. Cette politique pourrait déboucher sur une inflation incontrôlée comme c’est arrivé en Allemagne durant la république de Weimar et plus récemment au Venezuela, en Argentine et au Zimbabwe, a-t-il averti.

La BCE va prolonger son QE d’au moins six mois jusqu’en mars 2017 au rythme actuel d’achat de 60 milliards d’euros par mois, a déclaré jeudi son président Mario Draghi.

Les avertissements de Bill Gross

Les banques centrales sont comme des casinos qui « créent de l’argent comme si elles fabriquaient un nombre illimité de jetons qui ne leur seront jamais retournés » a-t-il écrit. « Si les investisseurs perdent confiance dans un éventail raisonnable de devises, certains pays seront rapidement frappés d’inflation. (…) »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here