BlackRock : il est temps de repenser le rôle des Treasuries

BlackRock : il est temps de repenser le rôle des Treasuries

0

Article de Richard Turnhill, stratégiste « investissements » en chef du hedge fund américain,  publié le 27 septembre 2016 sur le blog de BlackRock :

« Le moment est venu de repenser le rôle des obligations américaines dans les portefeuilles, et particulièrement de se méfier des obligations gouvernementales à long terme, explique Richard Turnill en se basant sur le graphe ci-dessus.

Les rendements en baisse signifient que le filet de sécurité est bien maigre pour les porteurs d’obligations américaines. Une simple augmentation de 0,2 % du taux des Treasuries serait suffisante pour effacer leur rendement annuel. D’autres actifs à rendement fixe comme les obligations d’entreprises de qualité et la dette libellée en dollars des marchés émergents offrent des garanties plus solides, ainsi qu’une volatilité du rendement similaire à celle de l’année dernière. Voir les barres vertes et bleues du graphe ci-dessus.

Une assurance à long terme à un coût supérieur

Ce filet de sécurité disparaîtra lorsque les taux à long terme commenceront à grimper. Nous anticipons une courbe des rendements plus raide vu le contexte de pivot graduel vers des politiques d’expansion fiscale au niveau mondial, même si les banques centrales disposent encore de capacités pour limiter toute hausse non désirable des taux. Les banques centrales majeures font montre d’une tolérance quant à l’échauffement de l’inflation ; la Fed a adopté une stratégie prudente pour le relèvement de son taux directeur. Les banques centrales semblent approcher des limites de l’efficacité de leurs politiques monétaires accommodantes extraordinaires. C’est évident à travers les décisions de la banque centrale du Japon de la semaine dernière, qui ont étiré la courbe des rendements locale.

Les Treasuries sont de moins en moins attractifs pour les investisseurs non américains vu que le coût de l’assurance contre les fluctuations du marché des changes efface le rendement supérieur que les Treasuries offrent. De plus, les obligations ont tendance à afficher une corrélation plus étroite avec les marchés actions lorsque les investisseurs craignent un serrage de vis monétaire de la Fed, réduisant leur attractivité en tant qu’actif de diversification d’un portefeuille. C’est un risque alors que la réunion de décembre de la Fed approche.

Les obligations américaines à long terme ont encore un rôle à jouer, et devraient protéger les portefeuilles en cas de ruée vers les valeurs refuges. Aujourd’hui, le coût des avantages de la diversification est néanmoins élevé pour les investisseurs. Nous préférons les obligations d’entreprises à court terme et les obligations municipales, dont les rendements ont grimpé temporairement dans l’anticipation des réformes des marchés du crédit américain d’octobre. Globalement, nous préférons les marchés du crédit tout en voyant un rôle pour d’autres éléments de diversification d’un portefeuille, comme l’or. »