Brexit : un dérapage démocratique incontrôlé

Brexit : un dérapage démocratique incontrôlé

0
arroser la démocracie

http://clement-arts.org/wp-content/play-casino-online-hk-news/ Play casino online hk news

Il faut revoter

Le Brexit sera-t-il actionné ?

La question mérite d’être posée. Après tout, ce ne serait pas le premier référendum qui serait tout simplement snobé par la classe politique, le résultat n’étant pas celui escompté. D’ailleurs, il est important de rappeler que le résultat de ce référendum n’est en aucun cas contraignant. Cet article du Soir, journal belge champion de l’européisme et de la bien-pensance, n’y va pas par 4 chemins : « La question peut paraître étonnante, mais dans certains milieux dirigeants européens, on se la pose déjà : est-ce que le Royaume-Uni respectera la volonté démocratique exprimée lors du référendum, et actionnera le Brexit, c’est-à-dire la sortie de l’Union européenne ? (…) « Les choses ne se passent pas tout à fait comme cela avait été annoncé », explique un diplomate européen généralement bien informé des tendances des réflexions en haut lieu. »

Était-ce une bonne idée ?

Ce même journal, qui multiplie également les articles sur la montée du « populisme », n’a décidément pas froid aux yeux. Interrogeant une volée de cerveaux universitaires, il pose la question : « Un référendum sur le Brexit était-il une bonne idée ? » :

« Pour les politologues, le прикольные поздравления электрику référendum peut être intéressant à condition d’être bien encadré et ses enjeux correctement expliqués. Car une question simple en apparence, ne l’est pas nécessairement. »

Traduction : la démocratie c’est très bien, mais il ne faudrait quand même pas trop prendre en compte l’avis de la population, qui est bien trop idiote pour donner son avis sur des questions aussi complexes, à moins de lui avoir très bien expliqué ce qu’elle doit voter.

La désinformation continue

Suite à ce vote historique, la campagne de désinformation continue à propos des conséquences du Brexit. Que vont faire les citoyens européens qui travaillent en Grande-Bretagne, comment vont faire les vacanciers britanniques pour voyager dans l’Union sans visa, risque de reprise de la guerre civile en Irlande, etc. On essaie de nous faire croire que sans Union européenne, les états sont dans l’incapacité de négocier des accords bilatéraux que ce soit sur la libre circulation des citoyens, la mise en place de régimes spéciaux pour les séjours de courte durée ou tout autre dossier. Par exemple, vous pouvez aller en vacances en Turquie sans visa ou passeport. En dehors de l’union, la Grande-Bretagne nesera plus contrainte d’appliquer toutes les mesures décidées par les technocrates non élus de Bruxelles… Mais rien ne les empêche d’adopter des dispositions similaires, au cas par cas et en fonction de ses intérêts. Du coup, on se demande bien qui sont les « populistes » : les partisans de la souveraineté ou les Européistes ?