Ce faux argument qui pèse contre l’or (Jim Rickards)

0
1149

L’auteur du Nouveau plaidoyer pour l’or (The new case for gold) revient sur les trois principaux arguments contre l’or agités par les institutionnels et les économistes dits monétaristes. Aucun de ces arguments ne tient vraiment la route très longtemps.

Ces dernières semaines, l’or a connu une forte volatilité.

La Fed qui revient sur son calendrier de hausse des taux directeur

Le vote en faveur du Brexit…

Alors aujourd’hui, j’aimerais jeter un regard particulier sur l’or : ce qu’en disent ses détracteurs.

En partant d’un plus-bas d’environ 250 $ l’once, mi-1999, l’or a enregistré un rally de plus de 600% avant d’atteindre un plus-haut autour de 1 900 $ l’once en août 2011.

Malheureusement, ce rally est apparu de plus en plus instable en bout de course.

Dès janvier 2011, l’or était aux environs des 1 400 $ l’once. Sur l’intégralité du rally, une hausse de près de 500 $ s’est produite sur les sept derniers mois. Ce type de progression hyperbolique n’est presque jamais tenable.

Sans surprise, l’or a nettement chuté de ce plus-haut, pour passer au-dessous des 1 100 $ en juillet 2015.

Il affiche toujours un gain d’environ 350% sur 15 ans. Mais l’or a cédé 45% ces quatre dernières années. Ceux qui ont investi pendant le rally de 2011 sont sous leur prix d’achat, et nombre d’entre eux ont renoncé à l’or, écoeurés. Pour ceux qui étudient le marché de l’or depuis longtemps, le sentiment n’a jamais été aussi négatif.

rally de l'or depuis 2002

Pourtant, c’est bien en période de sentiment extrêmement baissier que l’on déniche les investissements les plus remarquables… si vous savez vers où, et quoi, regarder.

En ce qui concerne l’or, le vent a déjà tourné, en début d’année.

Aujourd’hui, je vous révèle les trois principaux arguments que les économistes conventionnels invoquent à l’encontre de l’or… et les raisons pour lesquelles ils se trompent totalement.

Il n’y a pas assez d’or pour soutenir le système monétaire

Vous avez peut-être déjà souvent entendu le premier argument. Les “experts” disent qu’il n’y a pas assez d’or pour soutenir le système financier mondial. L’or ne peut adosser la totalité de la monnaie-papier, des actifs et passifs du monde entier, ainsi que les bilans de toutes les banques et institutions financières sur Terre.

Ils disent qu’il n’y a pas assez d’or pour soutenir cette masse monétaire, que cette dernière est trop vaste. Cet argument est totalement absurde. C’est vrai, la quantité d’or est limitée. Le plus important, c’est qu’il y a toujours assez d’or pour soutenir le système financier. Mais il est également important d’en fixer le cours correctement.

Il est vrai qu’au cours actuel, soit environ 1 300 $ l’once, si vous deviez réduire la masse monétaire pour correspondre aux réserves d’onces d’or physique évaluées à 1 300 $ l’once, cela représenterait une forte réduction. En fait, cela provoquerait de la déflation.

Mais pour éviter cela, il suffirait d’augmenter le cours de l’or. Autrement dit, vous prenez la quantité d’or existante, vous fixez le cours à 10 000 $ l’once, et l’or suffit alors largement à soutenir la masse monétaire existante.

Autrement dit, une quantité donnée d’or peut toujours soutenir une masse monétaire donnée, si le cours est fixé correctement.

Si l’on peut débattre de ce que serait un cours de l’or approprié, on ne peut contester le fait qu’il y ait suffisamment d’or pour soutenir le système monétaire. J’ai fait ce calcul assez simple. Vraiment, il ne s’agit pas de mathématiques complexes.

Prenez simplement la masse monétaire mondiale, la quantité d’or présente dans le monde, divisez l’une par l’autre, et vous obtenez le cours de l’or.

Toutefois, il faut faire des suppositions. Voulez-vous que votre masse monétaire soit adossée à 100% à l’or, ou bien 40% vous suffisent-ils ? Ou encore 20% ? Voilà des questions légitimes, dont on peut volontiers débattre.

Je les ai toutes calculées.

J’ai supposé que la masse monétaire était adossée à l’or à 40%. Certains économistes disent qu’il faudrait que ce soit supérieur, mais je pense que 40%, c’est raisonnable. Cela donnerait un cours de 10 000 $ l’once. Autrement dit, la quantité d’or, si l’on évalue ce dernier à 10 000 $ l’once, rapportée à la masse monétaire serait de 40%. C’est un ratio monnaie/or considérable.

Mais si vous voulez que la masse monétaire soit adossée à 100% à l’or, alors le cours doit être fixé à 50 000 $ l’once. Je ne suis pas en train de prédire que le cours de l’or sera à 50 000 $. Mais mes prévisions tablent sur une once d’or à 10 000 $, soit une hausse considérable par rapport à ses niveaux actuels. Je le répète, il est important de se rendre compte qu’il y a toujours assez d’or pour satisfaire les besoins du système financier. Il faut simplement que son cours soit correct.

Quoi qu’il en soit, mes recherches m’ont conduit à la conclusion suivante : la prochaine crise financière provoquera l’effondrement du système monétaire international. En disant cela, je pense en particulier à une perte brutale de confiance vis-à-vis des monnaies-papiers du monde entier. Ce ne serait pas simplement la fin du dollar… ou de l’euro… ce serait une perte brutale de confiance envers toutes les monnaies-papiers.

Dans ce cas, les banques centrales du monde entier pourraient se tourner vers l’or afin de rétablir la confiance vis-à-vis du système monétaire international. Jamais une banque centrale ne souhaiterait revenir à un étalon-or de son propre gré.

Mais dans un scénario où la confiance aurait disparu, il est probable que les banques centrales soient obligées de revenir à un étalon-or.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Article des Publications Agora, publié avec leur aimable autorisation.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here