C’est Noël : des banques italiennes et portugaises à nouveau renflouées avec...

C’est Noël : des banques italiennes et portugaises à nouveau renflouées avec l’argent public

0
Banif

Après l’Italie qui a déboursé la bagatelle de 3,6 milliards d’euros le mois dernier pour sauver Banca Marche, Banca Etruria, CariChieti et CariFeto de la faillite (source), c’est au tour du Portugal de jouer les Pères Noël afin d’empêcher la faillite désordonnée de Banco Internacional do Funchal, la 7e banque du pays qui sera néanmoins démantelée. Du NY Times :

« Banco Internacional do Funchal sera séparé en deux entités, une banque saine et une « bad bank ». Les actifs sains seront cédés à la Banco Santander, une banque espagnole, dans le cadre du plan de sauvetage de l’État portugais », a déclaré la banque centrale portugaise dimanche.

La nécessité de ce renflouement s’est manifestée après que Banco Internacional do Funchal, mieux connue sous le nom de Banif, se soit montré incapable de rembourser l’injection de 1,1 milliard d’euros du gouvernement portugais datant de 2013. Cette opération avait conduit à la prise de majorité du gouvernement dans la banque.

Il s’agit du second plan de sauvetage d’une banque du Portugal en un an et demi. Le gouvernement était déjà venu à la rescousse de la Banco Espirito Santo en août 2014.

Banif va bénéficier de 2,26 milliards d’injections supplémentaires (1,77 milliard en provenance des caisses de l’État portugais) dans le cadre de ce nouveau plan qui a été approuvé par les autorités européennes ce lundi. Le plan de renflouement d’Espirito Santo s’était quant à lui élevé à 4,9 milliards d’euros. (…)

Le plan d’aide devrait atteindre les 3 milliards d’euros (…) d’après la commission européenne.

« Les banques ne peuvent être maintenues artificiellement en vie avec l’argent du contribuable, » a déclaré Margrethe Vestager, Commissaire à la Concurrence, dans un communiqué suivant l’annonce du renflouement de Banif.

La banque portugaise « a déjà bénéficié d’une aide d’État significative. Malgré cela, elle s’est montrée incapable de retrouver seule le chemin de la profitabilité » a-t-elle ajouté. « La décision approuvée aujourd’hui va permettre à Banif de quitter le marché proprement tout en permettant à une banque robuste de reprendre une partie importante de ses activités au profit des clients. »