La Chine lance son propre fix or le 19 avril

La Chine lance son propre fix or le 19 avril

5
or physique

Slots lv norwegian forest kittens white blackout curtain

« En tant que premier producteur et consommateur mondial d’or, il est logique que la Chine développe sa propre infrastructure pour échanger, déterminer le cours et fournir la liquidité sur un marché de l’or libellé dans sa devise, » a déclaré John Butler, vice-président et responsable de la gestion de GoldMoney.

Seamus Donoghue, CEO de la société basée à Singapour Allocated Bullion Solutions, affirme également que ce fix permettra à la Banque de Chine de contrôler et de stabiliser le cours de l’or.

À l’instar du London Gold Fix, la version chinoise du Shanghai Gold Exchange (SGE) aura lieu 2 fois par jour. Des banques locales et étrangères auront la possibilité de participer. D’après les éléments qui ont transpiré, les banques étrangères pourront échanger des contrats de façon anonyme tandis que les banques locales ne jouiront pas de ce privilège. En Chine, le début de l’enchère débutera par la moyenne arithmétique des prix communiqués par les participants, tandis qu’à Londres le prix de départ est fixé par son président indépendant, d’après Donoghue.

Le SGE, propriété de l’État chinois, est une bourse qui ne gère que des échanges d’or physique. Au London Gold Fix, les contrats papier sont également pris en compte. « Le lien entre le marché papier et le marché physique de l’or est de moins en moins évident. Un beau jour, nous assisterons à des problèmes de livraison. Ce déséquilibre entre le marché papier et physique pourrait réorienter le marché vers son penchant physique, ce qui faciliterait l’augmentation des positions sur les contrats chinois, » a déclaré Butler durant un entretien téléphonique.

La popularité de l’or physique gagne du terrain sur les contrats papier

« Si le fix de Shanghai devait dévier de celui de Londres, des craintes concernant le prix et le règlement des contrats or papier à Londres pourraient s’élever, ce qui pourrait déstabiliser le marché, même si nous pensons qu’il faudra patienter un certain temps avant de voir le fix chinois exercer une influence significative, » a déclaré Donoghue.

Butler s’attend à ce que le fix chinois améliore la transparence du cours de l’or. Il devrait également augmenter la visibilité des possibilités d’arbitrage. (…) Il a également mis en garde contre les théories qui affirment qu’il s’agit d’une tentative de mettre à mal la domination financière de l’Occident. « Affirmer qu’ils essayent de détrôner le dollar via les métaux précieux est un raccourci. Ils sont en train de mettre en place l’infrastructure dotée de ce potentiel, mais je ne pense pas que ce soit le but immédiat recherché. En ce moment, c’est surtout une question de facilité ainsi qu’une action symbolique. La Chine bouge pour mettre en évidence ce que nous savons déjà, à savoir que c’est l’acteur numéro 1 du marché de l’or dans le monde, » a déclaré Butler.

La Hong Kong Exchanges and Clearing (HKEX) envisage également de proposer un cours de l’or, en yuans et en dollars, sur un marché à terme avec livraison du métal physique en raison de la popularité grandissante de l’or et de l’argent tangibles. D’autres bourses pourraient leur emboîter le pas en raison de la demande, a déclaré Donoghue.

Butler a conclu en affirmant que les contrats chinois pourraient grignoter des parts de marché si les stocks limités de métal du COMEX devaient perdurer et si le LBMA ne trouve pas une nouvelle solution concernant son fix. Procédure qui a pourtant été récemment réformée, dans le but d’être plus transparente, pour la première fois depuis 1919. »