Chris Powell sur l’or de l’Ukraine qui serait désormais aux États-Unis

0
1023

Sans surprise, la Crimée a décidé par référendum de rejoindre la Russie en tant que nouvelle province. Les pseudos démocraties occidentales à géométrie variable ont jugé ce référendum illégal, alors que comme l’a très justement signalé Jacques Sapir, lorsqu’une révolution éclate dans un pays, le droit international prévoit que la constitution devient caduque.

Ukraine-Or-Crimee

Soit les Occidentaux considèrent qu’il y a eu une révolution, ce qui libère la Crimée de ses obligations envers le gouvernement central vu que la constitution n’est plus, soit il y a eu un coup d’état, ce qui signifie alors que c’est le gouvernement actuel de Kiev qui est illégitime.

Mais bon, peu importe, il y a bien longtemps que l’Europe et les États-Unis n’en ressortent au droit que lorsque cela les arrange. Ce week-end, KWN est revenu sur la rumeur faisant état de l’envoi express de l’or de l’Ukraine vers la Fed de New York via Chris Powell, qui aime toujours fourrer son nez dans les affaires louches qui concernent l’or. Le mur du silence auquel il s’est heurté ne va certainement pas aider à faire taire la rumeur, qui semble désormais un fait sûr à 80 % :

« KWN fut le premier à parler de l’or ukrainien qui se serait envolé vers les États-Unis. Vous l’avez fait en citant William Kaye, qui, je le sais, a d’excellents contacts en Ukraine. Cette histoire m’a remué, c’est pourquoi j’ai pensé qu’il était important d’obtenir des confirmations officielles.

J’ai donc contacté par e-mail le service de presse de la Fed de New York, ainsi que du Département d’État américain. J’ai également appelé ces derniers, qui m’avaient promis de me rappeler, et dont j’attends toujours l’appel.

J’ai vite reçu une réponse de la Fed de New York, ils ont dit qu’ils allaient examiner l’affaire et me répondre rapidement. Ils ont tenu parole : le lendemain, ils m’ont simplement dit de m’adresser à la Banque Nationale d’Ukraine. Ce qui revient à refuser de commenter l’information.

Après quelques jours de mauvaise volonté du côté du département d’État, j’ai impliqué mon représentant au Congrès. Ils ont fini par me répondre en renvoyant la balle du côté de la Fed de New York, que j’avais déjà contactée et qui m’avait dirigé vers la banque centrale d’Ukraine.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here