D’après la BRI, les banques centrales seront impuissantes face à la prochaine...

D’après la BRI, les banques centrales seront impuissantes face à la prochaine crise financière

Best slot skills for guardian

hp deskjet f2423 инструкция по эксплуатации

Ces taux d’intérêt plancher ont alimenté des reprises économiques et des prises de risques excessifs. Les relances se sont ensuite transformées en dépressions auxquels les banques centrales ont répondu avec de nouvelles baisses des taux.

Claudio Borio, responsable du département monétaire et économique de la banque, a déclaré : « ces taux plancher durant des périodes anormalement longues sont la réponse des banques centrales et des participants aux marchés à la reprise anormalement faible depuis la crise alors qu’ils tâtonnent dans le noir à la recherche de nouvelles certitudes ».

Les taux d’intérêt du G3 n’ont jamais été aussi bas pendant si longtemps

« Au lieu d’être emblématiques de la fragilité économique, ces taux ont contribué à l’alimentation de cycles d’expansion et de récession tout en retardant les ajustements naturels. Résultat des courses il y a trop de dette, trop peu de croissance et des taux d’intérêt trop bas. En bref, les taux bas ont engendré des taux encore plus bas. »

La BIS a averti que les taux d’intérêt ayant été aussi bas pendant aussi longtemps : les banques centrales seront désormais à court de munitions pour combattre les futures crises.

« Dans certaines juridictions, les politiques monétaires ont déjà testé leurs limites en les ayant repoussées jusqu’au domaine de l’impensable » a déclaré la BRI. Les banques centrales de la zone euro, du Danemark, de la Suède et de la Suisse ont poussé les taux en dessus de zéro afin de stimuler leur économie engendrant ainsi une baisse des taux obligataires. » (…)

La mauvaise gestion de l’économie freine la croissance de la productivité

Nos problèmes actuels sont aggravés par le vieillissement de la population qui rend le fardeau de la dette encore plus lourd. Les politiciens ont trop eu recours à des solutions à court terme, via de la dette, pour obtenir un peu de croissance au lieu de faire des choix douloureux, a déclaré la BRI. (…)

La banque des règlements internationaux a dit que les problèmes actuels de la Grèce incarnent les conséquences du mélange toxique de la dette privée et publique utilisée en tant que solutions aux problèmes économiques. (…) »

Le constat est correct mais la BRI qui appelle de ses vœux au relèvement des taux ne nous explique pas comment les Etats et les individus feront pour rembourser alors qui ne s’en sortent déjà pas avec des taux plancher…