Début de contrôle des capitaux en Grèce, le défaut en 2015 planifié depuis 2011 ?

0
1303

Faites vos jeux, rien ne va plus… la situation en Grèce continue de se détériorer alors que le gouvernement vient de passer un décret forçant les collectivités locales à déposer leur argent à la banque centrale de Grèce pour financer l’Etat. Tout ceci n’annonce rien de bon alors qu’un blog alternatif a sorti des catacombes une vieille vidéo en grec dans laquelle l’ancien ministre des Finances (2009-2011) explique que le scénario du défaut en 2014-2015 avait été prévu.

Mais commençons tout d’abord par évoquer ce qui ressemble furieusement à une première étape de la mise en place d’un contrôle des capitaux en Grèce. Comme le rapporte Bloomberg, cette mesure a provoqué un tollé auprès des autorités locales :

[RegUserOnly]« Alors que la Grèce éprouve toutes les difficultés du monde à trouver les liquidités nécessaires pour rester à flot, les autorités locales se sont dites opposées à la décision du gouvernement d’utiliser leurs réserves en tant que source de financement à court terme.

« La décision de saisir nos réserves, prise par le gouvernement, ne pose pas que des questions juridiques et constitutionnelles mais aussi morales » a déclaré George Papanikolaou, maire de Glyfada, la 3e municipalité de la région métropolitaine de l’attique derrière Athènes et Le Pirée. « Nous avons le devoir de servir nos citoyens » a déclaré Papanikolaou durant une interview téléphonique lundi alors que sa municipalité dispose de réserves d’environ 16 millions d’euros.

Sans autre alternative, le premier ministre grec Alexis Tsipras a ordonné aux collectivités locales et aux entités du gouvernement fédéral de transférer tout leur argent à la banque centrale grecque pour l’investir dans de la dette à court terme du gouvernement.

Le décret de confiscation des réserves détenues dans les banques commerciales pourrait fournir jusqu’à 2 milliards d’euros à l’État d’après 2 personnes qui ont été impliquées dans la décision. Cet argent est indispensable pour pouvoir payer les salaires et les pensions à la fin du mois, ont-ils déclaré.

« Il s’agit d’une décision politiquement et institutionnellement inacceptable » a déclaré Giorgios Patoulis, maire de Marousi et président du syndicat central des municipalités et des communes de Grèce. « Aucun gouvernement n’avait jamais osé toucher à l’argent des municipalités » a-t-il ajouté.

Le décret a été posté lundi sur un site du gouvernement « en raison de besoins extrêmement urgents et imprévus »

Fronde des maires, raclage des fonds de tiroir… Tout ceci n’annonce évidemment rien de bon mais il y a pire. Comme le rapporte le blog indépendant FailedEvolution, personne n’avait fait attention à cette vieille vidéo jusqu’à aujourd’hui. Et pour cause : dans cette vidéo, l’ancien ministre des Finances de Papandréou d’octobre 2009 à juin 2011, Giorgos Papakonstantinou (photo), expliquait quelques jours avant la fin de son office et dans une émission télévisée mainstream qu’un accord entre l’Union européenne et la Grèce avait été conclu pour retarder le défaut du pays pour une période de 3 à 4 ans.

À l’époque, il affirmait que ce délai avait été décidé afin de donner le temps nécessaire au transfert de la dette, du secteur privé vers les institutions, ce qui s’est exactement passé. Le PASOK avait peut-être déjà aussi anticipé sa future défaite électorale : cet accord lui permettait donc de passer la patate chaude à son successeur le temps que les banques se débarrassent de leurs obligations grecques.

[/RegUserOnly]

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here