Egon von Greyerz : en 100 ans, les monnaies papier ont perdu...

Egon von Greyerz : en 100 ans, les monnaies papier ont perdu de 97 à 99 % de leur valeur

1
valeur de l'argent papier par rapport à l'or sur 100 ans

Interview d’Egon von Greyerz, publiée le 4 juillet 2016 sur KWN :

« Le fait que les banques centrales et commerciales haïssent l’or n’est pas une surprise, car il est révélateur de la mauvaise gestion de l’économie et des actions malhonnêtes menées par les banquiers centraux. Lorsque le marché de l’argent papier s’effondrera, un événement qui n’est pas lointain, nous constaterons l’ampleur des errements, qui pourraient facilement être considérés comme de la fraude.

Il n’y a pas que les banques centrales qui créent de la monnaie. Les banques commerciales en créent également beaucoup avec les effets de levier, jusqu’à 50 pour des banques comme Deutsche Bank. Si vous incluez les produits dérivés, cet effet de levier est multiplié de façon exponentielle pour toutes les banques. Cette création monétaire a totalement détruit la valeur de l’argent papier durant les 100 dernières années. Le graphique ci-dessus confirme ce que Voltaire a dit en 1729 : « une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit toujours pas retourner à sa valeur intrinsèque, c’est-à-dire zéro ».

Comme le montre le graphique ci-dessus, toutes les monnaies papier majeures ont perdu de 97 à 99 % de leur valeur par rapport à l’or depuis 1913. Il leur suffirait donc de baisser de 1 à 3 % pour perdre toute valeur, ce qui devrait arriver dans les 5 années à venir. Mais nous ne devons pas perdre de vue que cette baisse additionnelle de 1 à 3 % correspond aujourd’hui à 100 % de sa valeur. Ce sera catastrophique pour la planète, tandis que les bénéficiaires principaux seront l’or et l’argent.

Nous assistons désormais à une accélération de cette course vers le fond des devises. La planète a connu de grosses bulles à la fin des années 80, dans les actions et l’immobilier, bulles qui ont mené au crash boursier de 1987 et au crash immobilier du début des années 90. Le maître du charabia, Alan Greenspan, a ensuite mis en place sa supercherie en 1990 pour abaisser les taux à court terme de 8 % jusqu’à 0 % en 2008, assisté à la fin par « Ben l’Hélicoptère », créant ainsi une nouvelle bulle sur les marchés actions. Simultanément, la plus importante et la plus rapide vague de création de crédit du monde démarrait. La valeur du crédit mondial est passée de 20 trillions à 1990 à 230 trillions environ aujourd’hui.

Mais il ne s’agit que du début, parce que bientôt le monde va s’engager dans la plus grande expansion monétaire de l’histoire, qui va affoler les rotatives et les ordinateurs. Dans une dernière tentative futile de sauver le système financier mondial, les gouvernements lanceront des QE de trillions de dollars, probablement de quadrillions. L’hyperinflation qui en découlera se terminera en implosion déflationniste de toutes les bulles dont les actions, les obligations et l’immobilier.

L’or est de loin l’actif le plus performant du siècle

Cette création monétaire extraordinaire qui va détruire l’économie mondiale et laisser un champ de ruines durable n’aurait pas été possible sans laisser de preuves du crime. Malgré les manipulations et les interventions sur le marché de l’or, le métal reste de loin l’actif le plus performant du siècle. L’or a surperformé toutes les devises depuis 2000. Il suffit d’observer le graphique ci-dessous : le dollar américain a baissé de 80 % par rapport à l’or durant les 16 dernières années.

valeur-dollar-or

La livre sterling a chuté de 82 % par rapport à l’or depuis 2000. Rien que cette année, le métal jaune s’est apprécié de 43 % par rapport au pound en chute libre. Certaines économies mal gérées ont fait encore pire. Le peso argentin s’est effondré de 99 % en 16 ans, le rand sud-africain de 92 % et le rouble de 91 %.

Vu que les gouvernements font tout leur possible pour cacher leur mauvaise gestion de l’économie, très peu de gens se rendent compte de la destruction totale de la valeur de l’argent papier. De plus, la plupart des banques ne comprennent pas l’or. Vu qu’elles ne peuvent pas empocher des commissions sur l’or physique, les offrir à leurs clients ne les intéresse pas. Elles préfèrent les orienter vers les actions et les fonds, des produits sur lesquels elles engrangent de grosses commissions.

Aucune banque ne dira à ses clients qu’en termes réels, les actions se comportent très mal. Si le Dow Jones a grimpé en termes nominaux de 57 % depuis 2000, très peu d’investisseurs réalisent qu’en termes réels, ils ont perdu de l’argent. Évaluées en termes réels, par exemple par rapport à l’or, les actions ont connu un 21e siècle terrible alors que le Dow a baissé de 68 % par rapport à l’or depuis 2000 (voir ci-dessous). Le même constat est valable pour les autres indices boursiers à travers le monde. Ils ont tous déjà baissé de 60 à 85 % par rapport à l’or, et vont tomber de 70 à 95 % supplémentaires dans les 5 à 7 années à venir. (…)

valeur-dow-jones-or

Comme je m’y attendais, le Brexit est devenu le catalyseur qui va déclencher la chute de l’économie mondiale et du système financier. Les élites européennes tentent désormais désespérément d’enrayer l’effondrement de leur bureaucratie monolithique basée sur leur désir de diriger l’Europe à travers leurs structures mégalomaniaques. Ils veulent punir le Royaume-Uni : ils ont déclaré qu’il n’y aura pas d’accord et de concessions. Le problème qu’ils ont est que le reste de l’Europe exporte bien plus vers le Royaume-Uni qu’il  importe. Quoi que disent ces politiciens européens qui n’ont de comptes à rendre à personne, il y a beaucoup de gens et de sociétés en Europe qui dépendent des exportations vers le Royaume-Uni et qui ne laisseront pas les élites leur mettre des bâtons dans les roues.

Mais le plus gros problème pour l’UE et la BCE, c’est le système bancaire européen, sur les sentiers de la perdition. Durant la période 2000-2016, les banques européennes ont perdu la plupart de leur valeur si bien qu’il sera quasi impossible d’empêcher leur faillite. À ce titre, observons les évolutions de la valeur des actions des banques européennes et américaines majeures durant ce siècle :

valeur-actions-bancaires-depuis-2000

Les 16 banques européennes et américaines majeures ci-dessus ont vu leur valeur baisser de 75 à 99 % durant les ces dernières années. Toute personne qui possède de l’argent dans ces banques devrait se faire du mouron car lorsqu’un titre chute de cette façon, il n’y a qu’une issue : la faillite.

La banqueroute inévitable de ces banques peut être reportée pendant une brève période avec la création monétaire illimitée que nous connaîtrons. Mais ajouter de la dette ne fera qu’empirer les problèmes existants, cela ne sauvera pas le système financier. Vu que ces banques sont les plus importantes de ces pays, il serait naïf de croire que les autres établissements bancaires survivront. Le système financier mondial est complètement interconnecté. Aucune banque ne sera épargnée par ce qui risque de frapper le système financier dans les années à venir.

Pour ceux qui possèdent des actions des banques ci-dessus, regardez le graphique ci-dessous pour voir les conséquences d’un tel investissement par rapport à l’or :

performance-or-vs-bancaires-depuis-2000

Un investissement de 10.000 $ dans Citigroup en 2000 vaut aujourd’hui 3000 $. Par contre, un investissement de 10.000 $ en or physique en 2000 vaut aujourd’hui 48.000 $. (…) »