Egon von Greyerz sur l’or, l’argent et le moment de Minsky

1
1357
egon von greyerz dans le keiser report

Interview de KWN d’Egon von Greyerz, publiée le 20 mars 2016 :

« Mercredi dernier, la Fed a fait ce que j’avais prédit en décembre en ne relevant pas ses taux. Ils savent que la situation économique réelle des États-Unis et du monde est bien pire que celle décrite par les chiffres manipulés et la propagande. On se rapproche donc de plus en plus d’un « moment de Minsky ».

Il s’agit d’un effondrement de la valeur des actifs, qui prend la plupart des gens par surprise, accompagné de l’implosion de la dette qui a financé les bulles. Nous avons abordé à de nombreuses reprises le fait que les grandes banques centrales du monde craignent par-dessus tout un effondrement déflationniste vu qu’il déboucherait sur l’explosion totale du système financier.

En route vers la destruction

En conséquence, elles lanceront l’opération finale de création monétaire, la plus spectaculaire, qui fera des tentatives précédentes de la petite bière. Cela débouchera sur une hyperinflation mondiale colossale qui provoquera la fin du système monétaire actuel et éventuellement un effondrement déflationniste.

Depuis le début des années 90, lorsque Greenspan a démarré la dernière phase désastreuse d’expansion du crédit aux États-Unis, la dette mondiale est passée de 24 à 235 trillions. Durant cette même période, le PIB mondial est passé de 40 à 80 trillions. Afin de doubler le PIB entre 1992 et 2015, il a fallu multiplier la dette par 10. Annuellement nous avons connu en moyenne, durant les 23 dernières années, une croissance du PIB de 3 % pour une croissance de la dette de 11 %. Lorsque la dette croît de façon exponentielle pour produire une croissance misérable, nous savons que le monde est en route vers la destruction.

Dans les années à venir, la dette mondiale va probablement augmenter de bien plus que de 200 trillions. Soit une quantité suffisante pour couvrir les dettes en cours, les produits dérivés d’une valeur de 1,5 quadrillion de dollars ainsi que tous les engagements non provisionnés (retraites et santé). Je ne serais pas étonné si des quadrillions de dollars étaient créés en dollars, euro, yens, etc. dans les 5 années à venir.

L’implosion des actifs est garantie…  Je ne serais pas surpris de voir les actions et l’immobilier baisser de 75 à 95 % en termes réels. Pour les obligations, ce sera de 100 % pour la plupart d’entre elles vu que les emprunteurs, qu’ils soient des Etats ou des entreprises, feront défaut sur quasi toutes leurs dettes.

L’ascension de l’or et de l’argent

Ce qui nous amène à l’or. Les métaux précieux atteignent aujourd’hui leur période de gloire. L’or et l’argent seront les rares alternatives pour vous protéger contre la destruction totale de la richesse qui arrive.

De nombreux développements intéressants ont lieu sur la scène des MP. Tout d’abord, il est clair que la correction démarrée en 2011 est désormais terminée. Nous sommes désormais en route pour atteindre de nouveaux sommets pour l’or et l’argent, peut-être très élevés.

L’argent mènera la danse

Il est également clair que l’argent mènera la danse. L’argent a connu une correction de 72 % depuis son pic à 50 $ de 2011, tandis que l’or n’a baissé « que de » 45 % de son plus haut à 1920 $. Le ratio or-argent est maintenant à 79. En 2011, au plus haut du métal gris, ce ratio était de 30. Cela signifie que nous atteindrons au moins ce chiffre. Ce qui implique que l’argent grimpera 2 fois plus vite que l’or. Ce ratio pourrait éventuellement atteindre 15, qui est la moyenne historique et celle qui était en vigueur en 1980.

L’argent est donc actuellement un investissement très attractif. Mais les investisseurs doivent se souvenir que ce métal précieux est également très volatile, donc peu recommandé pour la veuve et l’orphelin. L’or est un métal plus sûr et stable.

Le cours de l’argent va-t-il atteindre 660 $ ?

En termes d’objectifs potentiels, je dis depuis 2002, lorsque l’or atteignait avec fracas les 300 $, que je m’attends à ce que l’or oscille près des 10.000 $ en dollars d’aujourd’hui. Avec un ratio or/argent de seulement 30, cela voudrait dire 330 $ l’once pour l’argent métal. Et en cas d’un ratio à 15, ce serait 660 $ l’once.

Mais je dois insister sur le fait que je ne pense pas que l’argent papier de demain aura la même valeur que celui d’aujourd’hui. Ce signifie qu’à ces estimations, vous devez ajouter quelques zéros, ce qui ne sera pas un détail pour ceux qui ne possèdent que des actifs papier vu que ceux-ci verront leur valeur être totalement détruite.

Non seulement l’analyse technique est très positive pour l’or et l’argent, mais aussi de nombreux fondamentaux. Les positions en or papier ont atteint des niveaux ridicules. Sur les marchés à terme, il y a au moins 300 onces d’or papier pour une once de métal physique, peut-être jusqu’à 600. Cela signifie que tôt ou tard, ce marché fera défaut. Les marchés à terme seront dans l’incapacité de livrer en cas de demande.

La plupart des banques sont dans une position similaire. Toute banque se fait un plaisir de vendre de l’or papier sans aucun métal en garantie. De plus, les banques de lingots ont réduit leurs stocks durant ces dernières années pour satisfaire les achats énormes de la Chine et de l’Inde.

Mais le cas de l’or des gouvernements est encore plus fascinant. La plupart d’entre eux n’auditent même pas physiquement leur or. S’ils le font, les résultats ne sont pas communiqués. L’explication est simple : ils sont loin de posséder l’or qu’ils prétendent détenir. Les Allemands ont demandé il y a quelques années de récupérer leur or aux États-Unis. Jusqu’à présent, ils n’en ont reçu que très peu tout simplement car l’or n’est pas disponible. Depuis, très peu de gouvernements occidentaux ont osé réclamer leur or aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en France car il n’est probablement plus là.

Réserve d’or : seul le Canada joue la carte de la transparence

La plupart des gouvernements occidentaux ont loué ou vendu leur or sans déclarer leurs positions officielles. Il n’y a qu’une exception, le Canada, qui a eu l’honnêteté de reconnaître qu’il a vendu tout son or. Ils ont justifié leur action en affirmant que l’or n’offre pas un bon rendement et n’est pas facile à échanger. Ils ont donc acheté du dollar et de la livre sterling. Est-ce un signe ? Une banque centrale vend ces dernières onces d’or pour acheter des devises qui ne vaudront plus rien !

C’est comme en 1999, lorsque le Royaume-Uni et la Suisse ont vendu une grande partie de leur or au plus bas du marché. Au moins, le Canada dit la vérité. Si les autres banques centrales des pays occidentaux faisaient de même, je suis sûr que nous découvririons qu’elles possèdent au minimum 2 fois moins d’or qu’elles prétendent aujourd’hui en avoir. La Chine, par contre, minimise ses réserves d’or. Dans les années à venir elle révélera la vérité, ce qui déclenchera une explosion du prix de l’or.

Les statistiques suisses d’importations d’or nous fournissent la preuve que les gouvernements vendent en secret de l’or. Les raffineurs suisses dominent la production mondiale de lingots, ce sont donc de gros acheteurs. En janvier 2016, ils ont acheté 61 tonnes d’or au Royaume-Uni. Il s’agit clairement de transactions faites par les banques de lingots au nom des gouvernements occidentaux. Il s’agit de lingots de 400 onces qui sont fondus en lingots de 1 kg pour l’exportation vers l’Inde et la Chine. La Suisse a également acheté 36 tonnes d’or au Venezuela en janvier. Il s’agit d’un pays en déroute économique et dont la monnaie s’effondre qui vend le seul actif susceptible de les sauver, ou au moins d’améliorer leur situation. (…) »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here