Egon von Greyerz sur l’emploi américain

Egon von Greyerz sur l’emploi américain

0
Egon von Greyerz

« Vendredi dernier, de nouveaux chiffres ont été publiés. Ils ont choqué le microcosme financier malgré le fait qu’ils sont manipulés. Il n’y a eu que 38.000 emplois créés, soit bien moins qu’attendu. Si vous ajoutez à cela que dans ces emplois il y a 244.000 emplois fictifs et 484.000 travailleurs qui ont été forcés de passer d’un temps plein à un temps partiel, cela signifie une réduction de 690.000 postes à temps plein !

Depuis 2007, la population en âge de travailler a augmenté de 21 millions alors que durant la même période, 5 millions d’emplois furent créés dont seulement 2 millions à temps plein. La qualité de l’emploi baisse également dramatiquement. Depuis 2007, 1,5 million d’emplois ont été perdus dans l’industrie tandis que 1,5 million d’emplois ont été créés par les bars, restaurants, etc. Mais à cause du mode de calcul idiot qui est utilisé, le taux de chômage a baissé, passant de 5 à 4,7 %. Le fait que des gens capables de travailler quittent la population active est totalement ignoré. Il y a aujourd’hui 95 millions d’Américains capables de travailler qui sont dans l’incapacité de trouver un emploi. Et pour ceux qui travaillent, le salaire moyen baisse depuis les années 70.

Ces chiffres ne sont pas le signe d’une économie florissante. Pourtant, la planète entière se focalise ces chiffres mensuels manipulés, comme ceux de l’emploi. L’économie américaine, ainsi que celle de nombreux autres pays, et en faillite et ne doit son sursis qu’aux taux négatifs ou zéro et à la création monétaire. La dette fédérale américaine a plus que doublé depuis le début de la crise en 2007. Les crédits auto et étudiants ont augmenté exponentiellement pour dépasser aujourd’hui le trillion de dollars. Les bénéfices des entreprises baissent tandis que la plupart des chiffres concernant l’immobilier et les ventes de détail sont en baisse.

Les observateurs des marchés ignorent complètement la réalité des chiffres et les tendances à long terme pour se concentrer sur ce que la Fed fera. La plupart des gens ne comprennent pas que la Fed ne peut que nous mener en bateau. Le relèvement des taux en décembre fut effectué à contre-courant des tendances économiques domestiques et internationales, ainsi que des politiques monétaires mondiales. Alors que de plus en plus de nations recourent aux taux négatifs, il est tout à fait injustifiable pour la Fed de croire qu’elle peut faire le contraire. Il y a aujourd’hui plus de 10 trillions de dollars de dette gouvernementale dont les taux sont négatifs. Comme je l’ai dit en décembre, le relèvement des taux fut une anomalie ; je ne crois pas que la Fed puisse agir à nouveau dans les mois à venir, ni même cette année. (…) »