Egon von Greyerz sur les pertes de la SNB et la Fed

Egon von Greyerz sur les pertes de la SNB et la Fed

Egon von Greyerz

Interview d’Egon von Greyerz du 10 avril 2015 sur KWN :

« Les banques centrales sont toujours aussi folles. Je vous avais dit par le passé que la Fed n’a aucun fil conducteur, qu’elle n’anticipe pas la suite des opérations. La publication de leur dernier compte rendu ne fait que le confirmer. Comme je me plais à le répéter : la Fed ne fait que réagir aux événements économiques, elle n’est pas proactive. Leur dernière réunion en est la preuve : ils réagissent aux chiffres économiques. Et vu que ceux-ci ne font que se détériorer, la Fed n’augmentera pas son taux directeur cette année.

La BNS enregistre des pertes records

En Suisse, comme je l’avais prédit, la Banque Nationale a dû abandonner l’arrimage du franc suisse à l’euro en janvier. J’avais également annoncé que la Banque était assise sur une bombe à retardement en raison de leurs positions massives en euros et en dollars. Eh bien, la BNS vient juste d’annoncer une perte de 50 milliards de francs suisses en janvier sur leurs positions en devises. Cela correspond à 60 % du capital de la banque ou encore à 8 % du PIB suisse. Il s’agit d’une perte énorme. Si la Fed perdait 8 % du PIB américain cela représenterait 1,4 trillion de dollars. Cet événement illustre pourquoi les banques centrales ne devraient pas manipuler l’économie ou spéculer sur les devises avec leur argent ou or.

Les monnaies papier mènent au désastre

Nous nous souvenons tous que le Royaume-Uni et la Suisse ont vendu la majorité de leur or au plus bas du marché en 1999. Et en vertu du flot ininterrompu d’or entre l’Occident et l’Orient, je ne serais pas étonné d’apprendre que la plupart des pays occidentaux ont réduit en catimini la quantité d’or qu’ils détiennent d’au moins 50 %. (…)

Depuis la fin de la convertibilité du dollar en or, l’inflation aux États-Unis s’est élevée à 2000 %. Ce qui est évidemment dû à la création monétaire massive qui a eu lieu entre temps : durant cette même période la masse monétaire a également augmenté de 2000 %. (…) »