Egon Von Greyerz Sur L’Inaction De La Fed Sur Ses Taux Et...

Egon Von Greyerz Sur L’Inaction De La Fed Sur Ses Taux Et Le Comex

or

Interview d’Egon von Greyerz, publiée le 21 septembre sur KWN :

« Eric, jeudi nous avons assisté à l’un de ces moments ridicules, lorsque le monde entier est suspendu aux lèvres de la Fed. Personne ne semble comprendre qu’elle ne sait absolument pas quoi faire face à la situation désespérée qui se présente à elle.

Ce que fait la Fed n’a aucune conséquence sur la solvabilité des États-Unis ou du système financier. Les États-Unis n’auraient pas dû enregistrer des déficits budgétaires chaque année pendant plus de 50 ans. Les États-Unis affichent également une dette de plus de 18 millions de dollars tandis que le bilan de la Fed est supérieur à 4,5 trillions de dollars. Une politique de taux appropriée aurait permis de mettre un terme à ces excès.

Une immense bulle qui mettra les États-Unis et le monde à genoux

Mais la Fed a agi de façon absolument irresponsable. Au lieu de faire exploser les bulles à leur stade préliminaire, la Fed est coupable d’avoir créé une immense bulle qui non seulement mettra à terre l’économie américaine, mais également le reste de la planète. Éric, la Fed est en faillite, le gouvernement américain est en faillite, et malheureusement l’intégralité du système financier est désormais dans une situation désespérée alors que les planificateurs centraux tentent de le maintenir à flot.

Les banques centrales du monde entier paniquent désormais car elles savent que la déflation est synonyme d’implosion garantie du système financier. Quasi tous les banquiers centraux de la planète envisagent désormais plus de QE et des taux d’intérêt négatifs dans une tentative désespérée d’éviter la déflation. Nous ne sommes donc pas loin d’assouplissements quantitatifs additionnels de la BCE et du Japon. De nouveaux QE majeurs seront également annoncés par la Fed, la Banque de Chine, la Banque d’Angleterre et bien d’autres.

Ces injections massives de liquidités accéléreront ensuite la chute de la plupart des devises à zéro. Et lorsque la bulle des produits dérivés de 1,5 quadrillion de dollars commencera à imploser, la création de monnaie atteindra des proportions jamais vues dans l’histoire. Néanmoins, toute personne sensée sait que la création monétaire ne fait que gonfler la bulle existante du crédit. Cela ne fera qu’exacerber le problème.

J’ai affirmé à de nombreuses reprises que le redémarrage du déclin de l’économie mondiale et du système financier, qui a démarré en 2008, reprendrait probablement de plus belle à l’automne 2015. La décision de la Fed, bien qu’elle ne soit pas intrinsèquement importante, fut cependant le premier catalyseur. Nous allons désormais probablement être les témoins d’un flot associant de mauvaises nouvelles et de mauvaises surprises dans les mois à venir. Cela pourrait se traduire par des faillites bancaires, des défauts, des problèmes politiques ou encore géopolitiques.

La pauvreté et l’immigration ne feront qu’empirer les troubles sociaux ainsi que les probabilités de guerres. Les défauts souverains commenceront également à apparaître, initialement de petites nations comme la Grèce, mais des pays majeurs comme le Japon ou les États-Unis pourraient suivre. L’événement sera évidemment déguisé sous la forme d’un moratoire ou d’une restructuration, mais le monde ne prendra pas longtemps pour comprendre de quoi il s’agit vraiment.

Les 2 à 3 mois à venir seront chauds

Nous allons assister à des chutes importantes des marchés dans les 2 à 3 mois à venir. (…) L’or et l’argent seront les principaux bénéficiaires. Alors que la peur s’installe et que les prix des actifs baissent, de nombreux investisseurs chercheront la sécurité des métaux précieux. Le problème est qu’il ne reste que très peu d’or physique disponible en Occident alors que les banques centrales ont déjà vendu ou prêté leur métal.

Pénurie d’or derrière le casino de l’or papier

Simultanément, les nations sages de l’Orient, comme la Chine et l’Inde, ont profité de l’aubaine en achetant des quantités massives d’or physique à des tarifs fortement soldés. Mais cette situation ne perdurera pas longtemps en raison des pénuries majeures qui affecteront les marchés physiques. La situation du Comex en est le parfait exemple : il lui manque environ 50 milliards de métal (pour couvrir tous les contrats papier), ce qui correspond à 7 mois de la production mondiale d’or.

En plus du Comex, les banques de lingots ont émis de grandes quantités d’or papier derrière lequel il n’existe aucun métal. Il est donc évident que nous pourrions assister à tout moment à un étranglement massif des positions short sur le marché de l’or, ainsi que sur celui de l’argent.

L’époque à laquelle il était possible acheter de l’or pour 1100 $ l’once sera bientôt de l’histoire ancienne que l’on ne connaîtra plus. Et personne n’achètera d’or papier, réalisant que seul l’or physique stocké en dehors du système bancaire permet de protéger son patrimoine. »