États-Unis : la fin d’une superpuissance

États-Unis : la fin d’une superpuissance

Etats-Unis-Fin-SuperpuissanceL’accord de quelque mois qui a été trouvé hier aux http://australianbowler.com.au/wp-content/free-slots-to-play-on/ Free slots to play on États-Unis pour mettre fin à la fermeture partielle des services publics, ainsi que pour permettre au trésor de s’endetter, est une nouvelle preuve du déclin des USA en tant que superpuissance. Le pays se trouve dans une situation similaire à celle de l’URSS dans les années 80. Une puissance à bout de souffle, perdant de plus en plus de crédibilité et sur le point de s’effondrer.

Les dernières interviews publiées sur KWN ont beaucoup tourné autour de ce thème, et notamment sur la Nova gorica casino princess fin programmée du dollar, alors que les Chinois positionnent le yuan afin d’en faire une devise globale qui pourra bientôt concurrencer le billet vert, et même prendre sa place. Autre événement important depuis 2 jours : le grand retour de la backwardation et du GOFO négatif, qui repassait sous la barre du zéro pour les taux à 1, 2 et 3 mois. Bizarrement, le mouvement baissier auquel on assistait tous les matins n’a pas eu lieu aujourd’hui. Ce qui a permis à l’or d’évoluer librement, soit de faire un petit bond de 40 $ l’once.

Malgré la « bonne nouvelle » de l’accord à Washington, le dollar ne s’est pas apprécié. Jamie Dimon, le patron de la JP Morgan, a d’ailleurs avoué à quel point la situation est précaire, est très clairement, hier. Lorsqu’on lui a demandé « êtes-vous inquiet qu’un jour, on se réveille et que le marché obligataire se soit retourné contre les États-Unis », il a répondu : « il est presque acquis que cela arrivera, la question est de savoir quand et comment ». Les spéculateurs ne sont pas stupides. Ils savent à quel point l’économie américaine et mondiale est au bord du gouffre, que seul l’interventionnisme des banques centrales permet de continuer le festin de dette, et donc de maintenir l’illusion de la prospérité. Ils profitent simplement des liquidités fournies pour s’en mettre plein les poches, en espérant se retirer à temps (ou d’être renfloué par la Fed en cas de mauvais timing).

Pour en revenir à la Chine, John Ing  a dévoilé une information très importante : le gouvernement va bientôt autoriser les grandes entreprises d’État à acheter d’autres sociétés, notamment à l’étranger. Une bonne façon de leur permettre de se débarrasser de leurs devises étrangères, en particulier de leurs dollars, précise le Canadien d’origine chinoise. Il précise également que les Chinois, en raison de l’état de déliquescence des États-Unis, ont été forcés d’accélérer la mise en avant de leur monnaie, qui sera destinée à remplacer le dollar.

De son côté, John Leeb estime que les États-Unis sont en train d’accélérer le passage de flambeau en manipulant le cours de l’or à la baisse, permettant aux Chinois d’en acheter à bon compte tout en se débarrassant de leurs dollars. S’ils le voulaient, les Chinois pourraient déjà terrasser financièrement les États-Unis. Mais il est encore trop tôt. C’est pourquoi la Chine continue les préparatifs, en positionnant sa monnaie internationalement et en diminuant ses réserves en dollars.