Fed et QE : le grand mensonge

Fed et QE : le grand mensonge

La Fed a annoncé hier qu’elle mettait un terme à son QE en raison de l’amélioration du chômage et de la bonne santé de l’économie. C’est un mensonge. La Fed ne met pas un terme à son QE.

Elle va renouveler son portefeuille, pour 4 trillions de dollars de Treasuries, au fur et à mesure que ses obligations arrivent à échéance. Elle va également réinvestir les intérêts perçus sur son portefeuille. Des intérêts payés avec de l’argent créé. Cela ne s’appelle pas « mettre un terme au QE », mais plutôt un QE perpétuel.

Si la Fed veut vraiment tirer le rideau, pourquoi ne retire-t-elle pas les 2,6 trillions de dollars d’argent créé qu’elle a injecté dans les banques Too Big To Fail ? Ces banques disposent d’environ 2,6 trillions de dollars de « réserves excédentaires » sur leur compte à la Fed. Les réserves excédentaires sont de l’argent détenu par les banques et qui n’est pas requis pour garantir la valeur des actifs de la banque, dans l’éventualité où ceux-ci devaient baisser. J’emploie le terme vague « actifs », car une bonne partie de ceux-ci sont des déchets toxiques que même la Fed refuserait d’acheter. Et en passant, ces réserves excédentaires donnent droit à des intérêts de 0,25 %, payés par la Fed, avec de l’argent créé. Si vous investissez votre propre argent dans des obligations américaines à court terme (T-Bills), vous toucherez 0,01 %.

Ci-dessus, voici une autre arnaque.Il s’agit du niveau quotidien du S&P 500 durant ces 3 dernières années. Il semble y avoir un plancher de titane juste en dessous de la moyenne mobile à 200 jours. À l’exception d’une brève période à la mi-octobre, la Fed n’a pas permis au S&P 500 de baisser de plus de 5 %, en 3 ans. Du jamais vu. Ce graphique montre que la bourse est une grosse arnaque. (…)

Le QE a-t-il marché ? En ce qui concerne les marchés actions et obligataires, il s’agit d’un succès retentissant. Mais quid de l’économie réelle ? Même en prenant en compte les chiffres manipulés du gouvernement, le sous-rapport U6 du rapport mensuel sur l’emploi du BLS, le taux de chômage est toujours supérieur à 12 %. De plus, le taux de participation à la population active, soit le pourcentage de la population qui participe au marché du travail, a chuté à un niveau plus vu depuis la fin des années 70, soit lorsque la grande majorité des femmes ne travaillaient pas. En fait, ce chiffre ne fait que baisser depuis 2000. Et qu’en est-il du revenu réel des ménages ? Il est en déclin quasi continu depuis 1998. Et du pourcentage de propriétaires de leur logement ? Il est en baisse depuis 2004, et aujourd’hui au même taux qu’en 1994 et 1983.

Tous ces indicateurs montrent que le QE a lamentablement échoué. Mais le plus gros mensonge de la série, c’est le cours de l’or. Le gouvernement n’a pas d’autre choix que d’essayer d’exercer une pression à la baisse sur le cours de l’or, car si celui-ci devait évoluer librement, son explosion dévoilerait tous les autres mensonges.

Un sondage, publié il y a 2 jours par ABC, a révélé que presque 80 % de la population estime que l’économie du pays est sur de mauvais rails. Si la situation est si bonne et que le QE a marché, comme le prétendent Yellen et Obama, pourquoi 80 % de la population estime que la situation économique pue (sic) ? Un de mes bons amis, consultant pour hedge funds à New York, m’a dit qu’en général, les traders de Wall Street « marchent sur des œufs ». Il m’a déclaré qu’il y a beaucoup de licenciements, que ceux qui gagnent vraiment beaucoup d’argent sont situés à des échelons élevés des banques. (…)

Tout le monde sait que les banques de l’UE sont en faillite. La seule raison pour laquelle les banques américaines TBTF ne sont pas en faillite est à trouver du côté de ces 2,6 trillions injectés par la Fed. Si tout va bien, pourquoi ces banques ont-elles besoin de cet argent ?

Lorsque des gens comme Alan Greenspan reconnaissent que le système est compromis et qu’il faut acheter de l’or, cela signifie que quelque chose de grave se prépare en coulisse. Pendant le règne de Greenspan à la Fed, il n’a jamais affirmé que l’or, c’est la monnaie, tout comme les autres impostures qui lui ont succédé.

Un autre qui mérite la palme en termes de mensonge, c’est Obama, qui clame surtout les toits que pour l’exercice budgétaire 2014, le déficit américain ne fut que de 600 milliards de dollars, alors que la dette du Trésor via ses émissions obligataires a augmenté d’un trillion de dollars. Que s’est-il passé avec la différence, soit ces 400 milliards ? Qui les a dépensés, si ce n’est pas le gouvernement ?

L’intégralité de ce système repose sur le mensonge. Un Ponzi qui fait de Madoff et Enron réunis de petits joueurs. (…) »

Article de Dave Kranzler (source)