Gerald Celente : la grande panique de 2015 a déjà commencé

Gerald Celente : la grande panique de 2015 a déjà commencé

Gerald Celente

Dans l’attente de l’annonce de Draghi concernant le QE tant anticipé de la BCE, pour Gerald Celente, la grande panique de 2015 a déjà commencé. C’est ce qu’il a affirmé durant sa dernière interview sur KWN :

Concernant le franc Suisse

« Ce fut un mouvement historique, tout simplement parce que nous vivons des moments historiques en raison des actions des banques centrales. Regardez ce qui se passe. De nombreuses banques centrales européennes ont mis en place des taux d’intérêt négatifs. C’est du jamais vu. Du côté de la Fed, elle n’a plus augmenté ses taux depuis 2006, et désormais il est question de ne pas y toucher avant 2016. Cela voudrait dire 10 ans sans augmenter les taux directeurs.

Les gens ont-ils perdu confiance envers les banques centrales ? L’illusion de leur toute-puissance a-t-elle disparu ? Oui. Tout ce que les banques centrales ont à leur actif, c’est une succession d’échecs, tout ce qu’ils ont fait depuis la panique de 2008 a simplement servi à enrichir les élites.

Tous nos lecteurs savent que la seule raison qui a poussé les marchés à la hausse, c’est l’argent facile qui a alimenté les investissements directs des banques dans la bourse, ainsi que les rachats d’actions et les fusions des sociétés.

Les riches toujours plus riches

Récemment, Oxfam a révélé que d’ici 2016, les 1 % posséderont plus de richesse que les 99 % restants de la population. L’étude de Pew Research montre que l’écart entre les riches et les pauvres aux États-Unis est le plus important depuis le « Gilded Age » (entre 1870 et 1900). Oui, les gens ne font plus confiance aux banques centrales, car il s’agit d’escrocs au service des élites. (…)

Il n’y a pas que le système bancaire de l’eurozone qui est en péril. Il en va de même pour les États-Unis, le Japon et la Chine. Les banques centrales hypothèquent notre futur pour des gains immédiats. La Fed et la BCE savent que les QE ne marchent pas, mais ils continuent d’y faire appel pour continuer d’alimenter leur Ponzi.

La Chine vient d’annoncer son plus bas taux de croissance depuis 24 ans. Les Chinois injectent aussi de plus en plus d’argent dans le système, car leur marché immobilier est en difficulté, ainsi que leur bourse. La décision de la BNS prouve que la panique est déjà là. Et ce n’est que le début. »