Guerre contre l’argent liquide : le second « effet Davos » ?

Guerre contre l’argent liquide : le second « effet Davos » ?

0
billet en train de bruler

Traduction synthétisée de l’article de Nick Giambruno, publiée le 24 février 2016 sur The International Man, mettant en exergue la multiplication des sorties contre le cash depuis le dernier sommet de Davos : 

« Davos est le lieu où se rassemblent les élites mondiales pour discuter des grands problèmes internationaux. 3 types de réunions ont lieu :

  1. Les réunions publiques auxquelles tout le monde peut assister
  2. Les réunions privées pour lesquelles une invitation est nécessaire
  3. Les réunions secrètes qui ne sont pas annoncées et dont on ignore l’agenda et les participants

Les accords les plus importants sont conclus durant les réunions secrètes. Et à l’occasion du sommet de Davos 2016, je pense qu’une réunion secrète d’importance historique a eu lieu. Je pense qu’à l’occasion de celle-ci, les leaders de la planète ont décidé de monter de plusieurs crans leur guerre contre l’argent liquide afin de faciliter la généralisation des taux d’intérêt négatifs.

Depuis Davos, la guerre contre l’argent liquide s’intensifie

Pendant des semaines, Haruhiko Kuroda, gouverneur de la Banque du Japon, a nié à plusieurs reprises vouloir instaurer des taux négatifs. Il a assisté au sommet de Davos qui a eu lieu du 20 au 23 janvier. Quelques jours plus tard, le 29 janvier, il annonçait l’entrée en vigueur de taux négatifs au Japon pour la première fois de son histoire. Apparemment, quelque chose l’a fait changer d’avis.

Je ne pense pas qu’il s’agit d’un incident isolé. Je suis quasi certain que l’intensification de la guerre contre le cash a été décidée à Davos par nos dirigeants. Pendant Davos, et juste après, nous avons assisté à un raz-de-marée de sorties en règle contre l’argent liquide :

  • 20 janvier : le CEO de Deutsche Bank, John Cryan, prédit la disparition de l’argent liquide d’ici 10 ans.
  • 22 janvier : la plus grosse banque de Norvège, la DNB, lance un appel pour la suppression de l’argent liquide dans le pays.
  • 29 janvier : l’équipe éditoriale de Bloomberg publie un article intitulé « Accélérons l’arrivée de la société sans cash »(Bring On the Cashless Future) qui appelle à l’élimination de l’argent liquide.
  • 4 février : le Financial Times publie une tribune intitulée « Les avantages de la suppression du cash », qui préconise l’élimination de l’argent liquide.
  • 8 février : Peter Sands, président émérite de Harvard, publie un article intitulé « Compliquer la vie des criminels : les raisons pour éliminer les billets à forte valeur ».
  • 15 février : Mario Draghi, patron de la BCE, annonce qu’il envisage la suppression du billet de 500 €, qui représente environ 30 % de la masse monétaire physique de la monnaie unique. J.P Morgan estime que la BCE pourrait pousser ses taux jusqu’à -4,5 % si l’utilisation du cash était limitée.
  • 16 février : Larry Summers, professeur à Harvard et ancien secrétaire au Trésor, signe un article publié dans le Washington Post intitulé « Le moment est venu de tuer le billet de 100 $ ». Cette décision éliminerait 78 % de la masse monétaire (M0) américaine en circulation.
  • 16 février : Hasbro, l’éditeur du Monopoly, annonce qu’à partir du printemps prochain, son fameux jeu de société n’inclura plus de billets. L’argent liquide sera remplacé par un système de cartes bancaires.
  • 22 février : l’équipe éditoriale du New York Times publie un article intitulé : « Se débarrasser des billets à forte valeur pourrait contribuer à combattre le crime ».

Ce qui nous attend est déjà écrit. La guerre contre l’argent liquide s’intensifie. Tout cela pour préparer le terrain aux taux d’intérêt négatifs. (…) » Soit la confiscation sans autre forme de procès de votre épargne.