Hausse des taux de la Fed : la décision à contre-courant se...

Hausse des taux de la Fed : la décision à contre-courant se confirme

0

Bon nombre d’analystes économiques s’accordent, même dans les médias mainstream, pour dire que la décision de la Fed concernant le relèvement de son taux directeur s’est faite à contre-courant. Que la Fed ait relevé ses taux pour donner l’illusion de la confiance ou en croyant vraiment que le moment était opportun ne change pas grand-chose au problème : l’économie est bel et bien en train de se détériorer.

Première « surprise » l’indicateur GDPNow de la Fed d’Atlanta, une mesure bien plus fiable que le consensus pour estimer la croissance américaine en temps réel. Après avoir évolué en dents de scie durant tout le mois de décembre (de 1,4 à 2,9 %), il a subitement chuté à 1,3 % le 23 décembre dernier pour atteindre son plus bas depuis le début du mois en raison de la mauvaise performance du marché immobilier US.

2e surprise : l’index de la surprise économique de Citi. Un indicateur qui semble suggérer que la situation se détériore, malgré l’optimisme ambiant comme l’explique Michael Ashton dans son article :

«  Certains trouveront curieux le fait de publier un article le 23 décembre mais j’ai remarqué quelque chose d’inhabituel que je voulais partager. Hier, je me suis penché sur les indicateurs économiques qui ont tendance à faiblir et même si certains commentateurs sont optimistes pour 2016 je n’en fais pas partie. En fait, on dirait que cet optimisme déplacé ne concerne pas que 2016 mais aussi cette année.

L’index de la surprise économique de Citi est une compilation intéressante de données qui évalue la différence entre les attentes du consensus et le verdict des chiffres. Lorsque ceux-ci sont inférieurs aux attentes, l’index décline et lorsque les chiffres battent les prévisions, l’index grimpe. Un index faible ne signifie pas que l’économie ralentit mais que les mauvaises surprises augmentent. C’est pour cette raison que j’ai toujours eu un peu de mal à exploiter cet outil. L’index grimpe-t-il parce que les conditions économiques s’améliorent ou parce que les économistes sont trop pessimistes ? Baisse-t-il parce que la situation économique empire ou parce que les économistes sont trop optimistes ? C’est difficile à dire.

Cela dit, voici comment cet index a évolué durant ces trois dernières années (source Bloomberg) :

index-surprise-economique-citi-2015

Rien à voir et circulez, pensez-vous ? Eh bien, jetez plutôt un œil à ceci ! Ci-dessous,  voici le pourcentage de temps durant lequel l’index fut positif au cours de l’année en question :

  • 2003      57%
  • 2004      49%
  • 2005      68%
  • 2006      43%
  • 2007      57%
  • 2008      36%
  • 2009      67%
  • 2010      56%
  • 2011      54%
  • 2012      63%
  • 2013      61%
  • 2014      54%
  • 2015      8%

Comme ils diraient dans l’émission Mythbusters, voilà un résultat probant. Je ne suis pas sûr de l’interprétation à donner, de savoir pourquoi les chiffres économiques ont tellement déçu en 2015 au point de propulser l’’index de la surprise économique de Citi en territoire négatif durant 92 % de l’année. (…)

Je suis enclin à penser que cela représente l’optimisme des économistes, leur confiance envers la Fed et la croyance que le relèvement des taux est une réponse à l’amélioration de l’économie. J’ajouterai qu’il s’agit d’un optimisme injustifié, irrationnel et presque psychotique vu la fiabilité des prévisions économiques de la Fed. (…) »