Inflation ou déflation ? L’analyse de Stoferle

Inflation ou déflation ? L’analyse de Stoferle

0

http://radiobit.ro/banner/sitemap36/ Casino slots free play oh my god inflation-ou-deflationInflation ou déflation ? Afin de tenter de clarifier ce débat qui ne cesse de déchaîner les passions, voici l’analyse de Ronald Peter Stoferle, d’Incrementum AG Lichtenstein.

« La grande question est : inflation ou déflation ? On se la pose depuis des années. Sans les interventions monétaristes (des grandes banques centrales), la crise profonde que nous vivons serait profondément déflationniste. La réduction de la voilure actuelle du système financier est compensée par des politiques inflationnistes sans précédent. Il semble, selon nous, qu’il s’agit d’une opération d’équilibrage extrêmement délicate.

Les interactions actuelles entre l’inflation et la déflation peuvent être comparées aux pressions réciproques de 2 plaques tectoniques. Ces 2 éléments se poussent mutuellement sous la surface, qui semble parfaitement stable. Des phénomènes naturels comme des éruptions volcaniques ou des tremblements de terre sont les conséquences inévitables de ses forces souterraines. En ce qui concerne les marchés financiers, nous pensons que l’équilibrage entre la déflation et l’inflation va devenir de plus en plus difficile à gérer. Nous pensons que les investisseurs doivent se préparer aux 2 scénarios : à des périodes inflationnistes et à des épisodes de déflation.

Que se passe-t-il durant une période de profonde déflation ? Les budgets de l’État sont sous forte pression, le système financier doit faire face à un risque systémique tandis que les monnaies sont dévaluées afin de regonfler le système. La qualité du crédit se détériore petite à petit, tandis que la solvabilité des sociétés et du gouvernement est remise en question. On passe de la recherche du profit à la préservation du capital. La confiance dans le système financier et dans les monnaies papier diminue, tandis que le rôle de l’or devient plus important est que l’on assiste à une remonétarisation.

Une http://comoelegircolegio.com/components/posuda-tsentr-nizhnekamsk-katalog-tovarov.html посуда центр нижнекамск каталог товаров déflation est donc toujours entraînée par une perte de confiance dans les éléments qui ont entraîné la crise (les gouvernements, les banques, les spéculateurs, etc.). Au départ, le nombre des crédits accordés diminue, les conditions de l’accès aux crédits sont durcies, tandis que les débiteurs tentent de conserver leur note. Ils y parviennent en vendant des actifs qui permettent de rembourser leurs dettes, ce qui ne fait qu’empirer la spirale déflationniste. Le nombre des défauts accélère ensuite cette spirale et entraîne un assèchement des liquidités dans le système. Durant une telle période, les gens accumulent de l’or afin de se protéger.

Pyramide-Exeter-DeflationCe processus est décrit dans le graphique ci-joint. Il s’agit d’une pyramide inversée, la http://lorguesbleumarine.fr/wp-content/ati-radeon-hd-5770-single-slot/ Ati radeon hd 5770 single slot pyramide de John Exeter, qui montre comment la liquidité se propage.

Durant une crise déflationniste, comme dans un sablier, l’argent transite du haut de la pyramide vers le bas, au fur et à mesure que les gens souhaitent minimiser le risque. Tout en bas de la pyramide on trouve l’or, qui circule de moins en moins. L’accumulation d’or dépend de l’importance de la perte de confiance dans le gouvernement et dans les monnaies papier. En temps normal, l’or n’est pas rare, mais une crise déflationniste n’est pas un temps normal.

Ensuite, une amélioration de la prospérité et de la confiance poussera les gens à prendre des risques à nouveau, entraînant un apport de liquidités à partir du secteur de l’ or vers les segments du haut de la pyramide. Un nouveau cycle démarre alors. Cela signifie donc que la déflation entraîne une amélioration de la qualité monétaire, tandis que l’inflation entraîne une augmentation de la quantité monétaire.

Il est donc impossible de prévoir si on va assister à la déflation ou à l’inflation dans les années à venir, car c’est l’environnement du moment qui dictera l’évolution des choses. Dans les périodes inflationnistes, les biens tangibles sont les actifs les plus recherchés, tandis que pendant une déflation l’argent est roi. L’or est liquide, indestructible et facile à transporter. Il peut s’échanger sur toute la planète et sa valeur intrinsèque ne dépend pas d’un facteur extérieur (comme d’un gouvernement ou d’une société pour une obligation, ou d’une société pour une action). Il s’agit donc de la monnaie la plus qualitative. »

Source : article de Stoferle « Inflation ou déflation » paru sur KWN