Italie, Etats-Unis : lundi s’annonce chaud

Italie, Etats-Unis : lundi s’annonce chaud

0

Congres-Division-ObamacareIl y a peu, http://projectit.ru/report/sitemap9.html планируемые результаты по фгос ноо Barack Obama déclarait « que les États-Unis ne sont pas une république bananière ». Pourtant, la probabilité d’une paralysie des services gouvernementaux à partir du 1er octobre est désormais très grande, alors que les Républicains refusent d’approuver les dépenses liées à Obamacare, le programme d’assurance santé obligatoire du président.

La loi de financement que les républicains sont prêtes à approuver le fourniraient des fonds qu’aux services jugés nécessaires, comme la Défense (arrêter de payer les soldats et les forces de l’ordre, ce serait en effet très risqué). D’après des économistes interrogés par Bloomberghttp://www.bloomberg.com/news/2013-09-29/house-votes-to-delay-obamacare-government-nears-shutdown.html, la paralysie gouvernementale pourrait coûter 1,4 % de croissance du PIB aux États-Unis.

Si les États-Unis ne sont pas une république bananière, cette façon de gérer la première puissance mondiale, sans budget, à la petite semaine, est tout sauf rassurant. Ce genre d’information est une véritable bombe, cependant à l’heure où ces lignes sont écrites, très peu d’articles sur le sujet dans la presse mainstream, alors que cela devrait faire la Une.

Cette nouvelle aura déjà de quoi animer l’ouverture des marchés ce lundi, mais ce n’est pas tout. En Italie, les ministres du parti de Silvio Berlusconi ont démissionné, ce qui pourrait faire tomber le gouvernement italien une nouvelle fois.