James Turk : le plafond de la dette revient

James Turk : le plafond de la dette revient

0

Argent-James-Turk plafond de la dette« Aujourd’hui (lundi 23 septembre 2013), on a assisté à une journée calme pour les métaux précieux, mais c’est probablement le calme avant la tempête. Dans les semaines à venir, on devrait assister à beaucoup de volatilité sur de nombreux marchés. L’or et l’argent seront impactés sans aucun doute, mais je pense qu’il faut surtout observer l’index du dollar et les rendements des obligations américaines.

On a assisté à une forte détente des taux, ainsi qu’à un déclin du dollar, suite à la décision de la должностная инструкция управляющего объектом недвижимости Fed de ne pas couper le robinet. Cependant, 2 événements qui arrivent à grands pas risquent de les impacter.

Il y a tout d’abord le manque d’argent frais, qui pourrait être atteint le 1er octobre prochain, dans les jours qui suivent, alors que le président et le Congrès sont incapables de s’accorder sur un budget.

Cela fait 5 ans que le gouvernement américain opère http://bestinbihar.com/tags/slot-zinnen-zakelijke-brief/ Slot zinnen zakelijke brief sans budget. Aujourd’hui, les politiciens semblent plus divisés que jamais, les positions semblent figées. Le ton monte, bientôt ils vont laisser tomber les gants et cela deviendra du pugilat. On devrait assister à un fracas politique, et a des conséquences sur les marchés.

Il y a également le plafond de la dette. S’il n’est pas relevé à nouveau, le gouvernement américain ne pourra plus emprunter de l’argent, ce qui signifie découpe massive dans les dépenses. Ces 2 événements sont bien sûr liés. Une gestion sans budget, c’est un peu vivre d’un salaire à l’autre. Dans le cas du gouvernement américain, d’un relèvement du plafond de la dette à l’autre.

Depuis 1940, les États-Unis ont relevé leur http://paki.nl/wp-content/sitemap51/ Play free casino games vb6 plafond de la dette à 106 reprises. Je pense que c’est la preuve que les finances des États-Unis ne sont plus contrôlées. Grâce à la Fed, le gouvernement peut augmenter sa dette, car celle-ci achète les obligations dont le marché ne veut pas. Le QE a pour seul objectif de transformer la dette en monnaie, ce qui débouche sur la dévaluation du dollar.

Durant les dernières années, la Fed a acheté environ 50 % de la dette émise par le gouvernement. Il n’est donc pas étonnant qu’il n’y ait pas eu de « tapering ». Si la Fed n’achète pas les obligations, qui le fera ? Peut-être d’autres banques centrales, mais les investisseurs savent désormais que les obligations américaines ne sont plus un actif sans risque, comme avant. Ils ont retenu la leçon depuis août 2011.

Après d’interminables palabres, le plafond de la dette avait fini par être relevé à l’époque. Mais cela ne s’était pas fait sans dégâts : les États-Unis avait alors perdu leur AAA. Malheureusement, presque rien n’a été fait durant ces 2 dernières années pour résoudre le problème structurel des déficits.

C’est à cette époque aussi que l’or a connu son record. Je pense que l’on doit s’attendre à un bis repetita. Voici également un tableau à long terme qui augurent de bonnes choses pour l’argent à l’avenir. »

Source : interview de James Turk sur KWN.