James Turk : plus de taux GOFO au LBMA à partir du...

James Turk : plus de taux GOFO au LBMA à partir du 22 septembre

0

L’indicateur de la backwardation de l’or au LBMA, à savoir les taux GOFO, ne seront plus publiés à partir du 22 septembre 2014. C’est ce que nous apprend la dernière interview de James Turk sur KWN, même si on attend encore la confirmation officielle du LBMA :

James Turk : « après la clôture des marchés britanniques ce vendredi dernier, Reuters a annoncé que le London Metal Exchange mettait fin aux contrats or OTC « à partir du 22 septembre suite à l’annonce du LBMA à ses membres de la fin de la publication des prix de l’offre pour le futur ». Cette déclaration implique que les taux GOFO ne seront plus publiés sur le site du LBMA.

Même si je n’ai pas encore lu de communiqués de presse du LBMA confirmant la fin de la publication des taux GOFO d’ici la fin du mois de septembre, je ne suis pas surpris par cet article de Reuters.

Ce n’était qu’une question de temps avant qu’une telle annonce soit faite, et ce pour la même raison qui a poussé les banques de lingots à arrêter la publication du SIFO (l’équivalent argent du GOFO). Les taux SIFO et GOFO tels que rapportés par les banques de lingots sont totalement artificiels.

En novembre 2012, nous avions parlé de la fin de la publication du SIFO. À l’époque, le LBMA avait déclaré que le SIFO ne représentait plus un prix du marché auquel des transactions pouvaient se faire. Autrement dit, que les taux SIFO rapportés au LBMA par les banques de lingots étaient totalement imaginaires et simplement à usage décoratif. La vérité, c’est qu’à l’époque, l’argent était en backwardation, malgré des taux SIFO témoignant d’un contango.

À cause de cette disparité, et de l’impossibilité d’exploiter les taux SIFO concoctés par les banques de lingots, le LBMA a stoppé leur publication. À moins d’avoir accès au cours en temps réel des banques de lingots, des données disponibles pour une poignée de privilégiés seulement, les traders argent furent dans le brouillard.

Vu que l’or et l’argent sont la monnaie, leur courbe future est basée sur les taux d’intérêt. Contrairement à des matières premières comme le cuivre et le nickel, les frais de stockage des métaux précieux sont des facteurs mineurs pour déterminer les taux à terme.

Vu que l’or et l’argent ne peuvent pas être créés comme on sort un lapin d’un chapeau, ils courent moins le risque d’être dévalués par rapport aux devises papier. Un risque moins élevé signifie un taux d’intérêt inférieur, c’est tout à fait normal.

En toute logique, l’or et l’argent devraient toujours être en contango, alors que des matières premières comme le cuivre et le nickel peuvent être régulièrement en backwardation. Celle-ci est en théorie impossible pour l’or, car elle offre une possibilité d’arbitrage découlant sur un profit automatique qui doit renvoyer immédiatement le métal jaune en contango.

La conséquence de tout ceci est simple : les taux d’intérêt de l’or et de l’argent sont manipulés, comme les taux d’intérêt des devises papier. Le GOFO et le SIFO sont donc totalement inutiles. Ils ne reflètent pas ce qu’il se passe vraiment sur le marché des métaux précieux, donc il faut bien s’attendre à ce que le LBMA stoppe la publication des taux GOFO, à l’instar de ce qui s’est passé pour le SIFO.

Les banques de lingots et les banques centrales, complices de cette répression financière, peuvent jouer à ce petit jeu et dissimuler les données, voire même mentir sur celles-ci. Nous pouvons tout de même découvrir la vérité en observant le montant des primes sur l’or et l’argent à travers le monde.

Autrement dit, à chaque fois que du métal physique est vendu à un tarif plus élevé que le cours officiel, cette prime est l’indicateur de la backwardation, quoi que clament les banques de lingots.

À défaut du GOFO et SIFO, les traders doivent se tourner vers d’autres indicateurs. Le graphique ci-dessus illustre à merveille, je pense, la répression financière des planificateurs centraux et l’excellente affaire que représente l’or au cours actuel. »