James Turk sur la hausse de l’or et de l’argent du 27...

James Turk sur la hausse de l’or et de l’argent du 27 avril + le Grefault

james turk

Article de KWN, publié le 27 avril 2015 :

« La hausse importante du cours de l’or et de l’argent d’aujourd’hui véhicule un message important. Elle a été provoquée par une demande insatiable du métal physique. Aussi bien l’or que l’argent sont en déport (backwardation) marqué ici à Londres.

Je viens juste de vérifier les prix et de recevoir une offre. Même si l’argent a augmenté de presque 5 % aujourd’hui, contrairement à ce que l’on pourrait croire le déport ne s’est pas atténué par rapport à ce matin, avant la hausse.

Backwardation historique de l’argent

Le cours de l’argent pour livraison immédiate est supérieur de 5 centimes par rapport à la livraison dans une semaine. Annualisée, il s’agit d’une prime de 16 % que les possesseurs de métal préfèrent ne pas empocher par arbitrage. Je n’ai pas souvenir d’une telle backwardation.

Cela signifie qu’il y a une véritable ruée sur le métal en ce moment et la hausse massive de l’argent en est la preuve visible. Il y a une bonne raison derrière cette recherche de la sécurité pour les investisseurs d’acheter des actifs tangibles sans risque de contrepartie.

Le défaut grec secouera à la planète

On ne parle plus du grexit mais du Grefault, soit du défaut de la Grèce. L’impact d’un tel événement sera énorme. La Grèce doit environ 300 milliards d’euros. J’estime qu’environ 150 milliards ont été transférés du privé, principalement les banques, aux gouvernements (…). Au lieu que les pertes soient essuyées par les banques, ce sont les contribuables qui devront supporter ces énormes pertes. Ce fardeau sur les épaules du contribuable européen diffusera des ondes de choc à travers toute l’union.

En plus de ce qui est dû aux gouvernements, l’exposition de la BCE à la Grèce est désormais 213 milliards d’euros en raison des montants supplémentaires prêtés aux banques à travers le fonds de liquidités d’urgence. (…) On estime que l’ensemble des dépôts publics (entités fédérales et locales, entreprises d’État, etc.) s’élevait à un peu plus de 130 milliards d’euros à la fin mars. (…)

Vu le nombre d’acheteurs sur le marché de l’or et de l’argent, il semblerait que les investisseurs se positionnent pour un défaut de la Grèce. Il est intéressant de noter que le cours a fortement augmenté juste avant l’expiration des options, à un moment où on assiste historiquement à des pressions baissières. Sans parler du début de la réunion du comité de la Fed à partir de demain, un autre moment propice à la baisse et au contrôle du cours de l’or. Mais cette fois, cela ne s’est pas produit. (…)

Les 2 prochaines journées vont être très importantes en raison de l’expiration des options OTC. Pour limiter leurs pertes et maintenir leur couverture delta, ceux qui ont émis ces options devront acheter de l’or et de l’argent au fur et à mesure de la hausse de leur cours. Pour empêcher que cela arrive, de gros efforts sont consentis par les planificateurs centraux afin d’empêcher l’or de dépasser les 1200 $ et l’argent les 16,2 $ l‘once. Mais si une nouvelle vague haussière est déclenchée demain, on pourrait assister à une frénésie d’achat en conséquence de l’étranglement de ces positions short. »