James Turk sur les marchés et la fin des fondamentaux

James Turk sur les marchés et la fin des fondamentaux

Depuis 2008, la Fed fait la pluie et le beau temps sur les marchés. Les fondamentaux deviennent secondaires, les investisseurs étant persuadés d’être couverts à tout moment. James Turk, le 23 mars 2015 sur KWN :

« Chaque semaine qui passe, les marchés financiers ne cessent de s’enfoncer dans la 4e dimension. Pour faire bref, c’est de plus en plus absurde. On peut citer à titre d’exemple tout le ramdam qui a été fait autour du fait que la Fed a supprimé le mot « patience » du communiqué de la dernière réunion de son comité. Ses communiqués sont selon elle des « directions à suivre ». À une autre époque, on les aurait qualifiés de ce qu’ils sont vraiment : de la propagande.

Ces communiqués de la Fed caressent les marchés dans le sens du poil afin qu’ils agissent comme elles le souhaitent. Et bizarrement, cela marche. Non seulement la Fed fausse les marchés avec ses politiques mais elle les oriente également avec ses communiqués. Les distorsions des marchés et de l’économie sont donc de plus en plus prononcées.

Une fin heureuse ?

Les acteurs qui surfent sur les tendances dominent les marchés aujourd’hui ce qui signifie qu’il y a de moins en moins d’investisseurs qui se concentrent sur la valeur. Cela ne pourra que déboucher sur une catastrophe car il y a tout simplement un nombre grandissant d’investisseurs qui pensent que la Fed pourra faire en sorte que cela finisse bien.

Ces cohortes d’investisseurs, délibérément ou pas, ignorent son passif en la matière. Ils ne lisent même pas en détail ce qu’elle dit. Dans son dernier communiqué, en petits caractères, elle a clairement revu à la baisse les perspectives  croissance de l’économie américaine. C’est pourquoi le baril de pétrole est toujours à moins de 50 $. La consommation d’énergie est en baisse parce que l’activité économique est faible. Des indicateurs comme les ventes de carburant poursuivent sur la tendance baissière qui a suivi le pic de l’effondrement de 2008, comme le graphique ci-dessus le montre.

Mais même si l’économie va moins bien que ce que la Fed avait anticipé, elle continue de chanter la même chanson. Elle veut conserver les taux près de 0 %. Cela va bientôt faire presque 7 ans que nous sommes dans cet environnement de taux zéro comme le montre le graphique ci-dessous.

taux-fed

Malgré toutes les preuves que cet environnement de taux bas n’aide pas l’économie, la Fed va les maintenir afin de prouver ses théories. Il y a trop de docteurs en économie sur la ligne de la Fed pour espérer un changement tandis que les épargnants américains ne sont pas organisés.

Il faut donc tirer une conclusion importante : même si l’économie va droit vers les poubelles (sic), les marchés actions grimpent pour une autre raison. Cette hausse boursière est le fruit des erreurs de la Fed comme ce fut le cas en 1929 et en 1999. Nous sommes dans un environnement dans lequel la Fed tue les épargnants pour maintenir à flot un système de crédit et de dépenses intenable. (…) »