John Embry : Poutine a les moyens de mettre l’Occident financièrement à...

John Embry : Poutine a les moyens de mettre l’Occident financièrement à genoux

John-Embry-Or-Russie

« Je suis attentif à pas mal de choses en ce moment, mais je me concentre surtout sur la situation en Ukraine. Je ne pense pas qu’il existe quelqu’un d’assez stupide pour démarrer une guerre mondiale, par contre il y a de grandes chances qu’une guerre économique se développe.

Les États-Unis visent déjà assez durement Poutine avec leurs sanctions, maintenant il y a des rumeurs qui affirment qu’ils voudraient s’en prendre à ses milliards (note : pour autant qu’il les ait…). Poutine devra répondre à un moment donné, et il a les armes pour le faire.

J’ai également lu un article fascinant d’Ambrose Evans Pritchard, pour qui j’avais beaucoup de respect jusqu’à cet article. Il l’avait intitulé : « l’Amérique a dompté sa crise de la dette à une vitesse incroyable ». Son article détaille ensuite toute une série de chiffres sur le sujet. Mais il omet beaucoup de points importants, notamment que les taux d’intérêt sont artificiellement bas. L’idée que les États-Unis aient dompté leur crise de la dette est donc risible. Mais il s’agit de la propagande classique qui se développe durant une guerre économique.

Standard & Poor’s a également dégradé la note de la Russie (un cran au-dessus des obligations pourries), ce qui est très intéressant quand on connaît la situation de la dette russe. Les Russes ont une dette de seulement un peu plus de http://termacity.ru/cli/pozdravleniya-s-20-svadbi.html поздравления с 20 свадьбы 10 % de leur PIB, pour Casino hotels near philadelphia plus de 100 % en ce qui concerne les États-Unis. Sans parler des engagements futurs sans financement qui représentent probablement 4 à 5 fois ce chiffre.

Sur des bases purement comptables, je dirais donc que la situation de la Russie est bien meilleure que celle des États-Unis. Il faut également prendre en compte que les Russes disposent d’un excédent commercial massif, ainsi que des réserves en devises positives, alors que les États-Unis présentent un déficit commercial structurel conséquent.

Si la dette russe est juste au-dessus des obligations pourries, que dire de la dette américaine alors ? Personne en Occident n’en parle. Poutine peut pourtant répliquer. Je vais vous expliquer comment en évoquant une petite leçon d’histoire.

En 2005, j’ai participé à une conférence du GATA. Ce fut un événement très intéressant car il expliquait en détail tout ce qui se passe sur le marché de l’or. Un conseiller du président russe était présent pour s’informer à propos de la manipulation du cours de l’or par les banques centrales occidentales.

À la fin de la conférence, l’or valait 436 $ l’once, et à l’époque personne du côté des médias dominants ne s’attendait à une hausse conséquente dans un avenir proche. Mais dans les 9 mois qui suivirent, le cours augmenta de 290 $. Une augmentation de presque 70 % en 9 mois ; une hausse impressionnante, d’autant que personne ne s’y attendait.

Je pense que cette hausse fut la conséquence de l’implication russe sur le marché de l’or. Ils l’ont analysé et se sont dits : ce marché est complètement manipulé, il s’agit d’une excellente opportunité pour nous. Je le savais car l’un de leurs représentants s’envola immédiatement pour Moscou à la fin de la conférence afin de remonter l’information.

Revenons à notre époque : je pense qu’il est facile de comprendre que le marché de l’or est bien plus vulnérable aujourd’hui. Il est clair qu’il existe 100 certificats papier pour chaque once d’or physique disponible dans le système occidental. Si quelqu’un se mettait à parier massivement sur l’or, cela pourrait devenir chaotique. C’est quelque chose que Poutine pourrait faire, car il comprend parfaitement le marché de l’or, ou encore les Chinois.

Car si le cours de l’or et de l’argent devait atteindre leur valorisation réelle, Egon von Greyerz parle de 10.000 $ l’once pour l’or et je suis d’accord avec lui, le château de cartes de l’or et de l’argent papier s’effondrerait.

Je pense également que cela aurait des conséquences dramatiques sur les taux d’intérêt. Si les États-Unis devaient subitement payer des taux d’intérêt en adéquation avec le risque que leur dette présente, en termes de risque de défaut et d’inflation, cela pourrait mettre le système financier occidental à genoux.

Dans cette bataille économique pourrait se jouer purement et simplement la solvabilité occidentale. L’Occident pourrait payer très cher sa stratégie de sanctions envers la Russie, cela ne m’étonnerait pas que tout cela leur explose à la figure. Poutine a les moyens de provoquer un chaos économique en Occident. C’est la raison pour laquelle je pense que l’or, l’argent et les actions minières représentent aujourd’hui l’une des plus grandes opportunités de l’histoire de la finance. »