John Embry sur la Fed, la Chine et l’or

John Embry sur la Fed, la Chine et l’or

John Embry

Interview du 26 octobre 2015 de John Embry sur KWN :

« Le théâtre de l’absurde s’est intensifié la semaine dernière. Les bourses du monde entier ont progressé dans un contexte dominé par les mauvaises nouvelles, des velléités de nouvelles politiques monétaires accommodantes de la BCE via Mario Draghi et une nouvelle baisse des taux en Chine.

Aucun autre individu ne peut se targuer de provoquer autant de réaction de la part des marchés sur la base de simples paroles que Draghi. L’homme qui avait déclaré il y a quelques années qu’il était prêt « à faire tout ce qui est nécessaire » pour sauver l’euro n’est pas avare en salive tout en faisant le strict minimum pour que cette comédie financière se poursuive.

De l’autre côté du monde, la Chine après avoir rapporté une croissance annualisé de 7,2 % durant le dernier trimestre a ressenti le besoin de baisser ses taux, ce qui suggère que les chiffres communiqués sont peut-être fabriqués. Toute personne qui se penche quelque peu sur l’état réel de l’économie chinoise réalise que la croissance déclarée n’est rien d’autre qu’une invention. Il suffit de se pencher sur les chiffres micro-économiques, comme la consommation d’énergie, pour confirmer cette suspicion.

Le leverage et l’excédent de dette menacent le système bancaire international

Cependant, le véritable problème de la Chine est son système bancaire surleveragé dans lequel les crédits douteux prolifèrent à un rythme alarmant. Ce problème chinois n’est que la manifestation d’une problématique internationale bien plus sérieuse. Les effets de levier et l’excédent de dette menacent le système bancaire international. (…)

Pour les planificateurs centraux, l’antidote à court terme réside dans l’injection secrète des liquidités requises par le système afin de maintenir les actions en lévitation et les taux proches de zéro. Cependant, ils vont rapidement découvrir qu’il n’est pas possible de résoudre un problème de solvabilité par des liquidités illimitées. Cela peut provoquer une hyperinflation mondiale, un événement tout à fait plausible vu la situation actuelle. (…)

Les manipulations des banksters se poursuivent

Pour empêcher la hausse de l’or et de l’argent, nous avons assisté à l’une des augmentations hebdomadaires les plus importantes des positions short des banques commerciales qui ont augmenté de 35.000 contrats. Ils ont été obligés d’empiler les positions short afin d’empêcher l’or de franchir la barre des 1180 $ l’once, un niveau qui pourrait servir de nouvelle rampe de lancement.

Dans le passé, une telle configuration annonçait une chute brutale du cours alors que les malheureux spéculateurs long se faisaient lessiver. Cela pourrait se produire à nouveau mais vu la pénurie grandissante d’or physique en Occident dans un contexte de détérioration  des situations financière et économique, le moment où les banques commerciales échoueront dans une telle entreprise et seront dépassés pourrait enfin se présenter. »