La banque du Japon se retire du marché obligataire pendant 36 heures,...

La banque du Japon se retire du marché obligataire pendant 36 heures, aucun acheteur ne s’est présenté !

0

Une conférence rassemblant une vingtaine de grands noms de la finance, comme Kyle Bass, Jonathan Tepper, Dylan Grice, etc., a eu lieu récemment à San Diego. John Mauldin y a participé, et e dévoilé à KWN les informations les plus intéressantes qu’il a pu y entendre :

Japon-Obligations-Inflation

  • Le nombre d’Américains qui possèdent leur propre maison a chuté de 69 à 55 %. Sam Zell estime que ce pourcentage va continuer de baisser.
  • Le nombre de Millenials (génération Y, jeunes nés à partir des années 80 jusqu’au début des années 2000) qui vivent chez leurs parents a augmenté de 1,2 million aux USA. Cela fait donc une baisse de la demande pour les maisons et les appartements. Les banques voudraient prêter de l’argent, encore faut-il trouver quelqu’un qui soit capable de le rembourser. Neil Howe a fait une présentation sur le sujet, en expliquant comment les Américains se tournent vers la cohabitation, ou se tournent désormais vers des logements plus petits.
  • La Chine : beaucoup de participants sont inquiets à propos de la Chine, notamment en raison de son système bancaire parallèle (shadow banking) et du gros ralentissement que subit le secteur de l’immobilier. Les faits montrent qu’il y a une bulle du crédit en Chine.
  • Grant Williams a quant à lui analysé les Abenomics du Japon. Une opération qu’il a résumée par « de grosses attentes pour une aussi grosse déception ». Kyle Bass nous a notamment appris que la banque du Japon s’était retirée du marché obligataire pendant un jour et demi, et savez-vous combien d’obligations ont été échangées durant cette période ? Zéro ! C’est tout bonnement effarant, la banque du Japon est la seule sur ce marché. Les Japonais ne veulent pas acheter des obligations à 10 ans pour un rendement de 0,6 % alors que l’inflation est à 1 % et qu’elle fait tout pour atteindre 2 %.
  • Toujours au Japon, les experts qui conseillent les hedge funds leur recommandent donc de mettre 25 % de plus sur le Nikkei. Rien que pour la Banque Postale, cela équivaut à 25 trillions de yens. Les marchés actions japonais vont donc grimper, mais que va-t-il se passer avec les obligations alors que seule la banque centrale japonaise les achète ? Il suffirait que les obligations à 10 ans atteignent 2 % pour que 80 % des recettes fiscales du Japon servent uniquement à payer les intérêts de sa dette. Ce n’est pas gérable.