La BCE abaisse son taux directeur, taux de dépôt négatif

La BCE abaisse son taux directeur, taux de dépôt négatif

Mario Draghi en avait longtemps parlé, il l’a fait. Si la baisse des taux directeurs est anecdotique, vu qu’ils étaient déjà très proches de zéro, le passage du taux d’intérêt sur les dépôts que la BCE accepte en territoire négatif est plus lourd de conséquences.

BCE-taux-négatifs-QE

Cela signifie donc que les banques qui placent de l’argent à la BCE (les banques se font plus confiance entre elles depuis 2008) devront payer pour le faire. C’est évidemment la peur de la déflation qui les pousse à agir ainsi : la BCE veut forcer les banques à faire circuler l’argent.

Mais selon Michael Pento, la politique d’achats non stérilisés d’obligations et de programmes de titrisations que la BCE planifie est bien plus importante. Car si le mot QE n’est pas utilisé, c’est bien de cela qu’il s’agit. Cela signifie que la masse monétaire de l’Europe va augmenter, et que l’Euro devrait mécaniquement s’affaiblir. Toujours selon Michael Pento, la guerre des devises bat plus que jamais son plein, une course à la dévaluation qui ne pourra être que bénéfique pour l’or et l’argent.

Il ajoute : « Il est important que les citoyens du monde entier comprennent que les monnaies papier sont condamnées. Toute personne qui souhaite maintenir son niveau de vie et son pouvoir d’achat devra posséder des actifs tangibles, dont de l’or et de l’argent. »

Bill Fleckenstein sur les conséquences du taux de dépôt négatif

Bill Fleckenstein ne dit pas autre chose : la BCE va démarrer un QE déguisé, qui aura les mêmes conséquences qu’un assouplissement quantitatif en règle, à savoir mener à des distorsions dans l’allocation des capitaux.

Cette décision va-t-elle pousser les banques à octroyer plus de crédits ? L’analyste est plus que circonspect. S’il est d’accord pour dire que cela pourrait entraîner un petit surplus de croissance, cela devrait pousser les banques à spéculer encore plus.

John Ing : c’est bon pour l’or

Selon John Ing, il est prouvé que des taux d’intérêt négatifs sont très bons pour l’or, notamment parce qu’ils sont inflationnistes.  Malgré que l’Équateur ait annoncé qu’il allait swappé son or pour obtenir des liquidités, le cours du métal jaune a rebondi.

Ces QE sont vains, selon l’analyste canadien. « Lorsque la Fed achète de grandes quantités de Treasuries, c’est pour essayer d’injecter de l’argent dans le circuit, mais celui-ci ne bouge pas des réserves des banques. Les Européens ont mis en place ce taux négatif pour les mêmes raisons.

Mais avec l’état actuel de l’économie, les gens n’empruntent pas. Les sociétés n’investissent pas dans des usines, elles n’empruntent pas pour se développer. Les seules personnes qui empruntent sont les joueurs qui utilisent de gros effets de levier sur les marchés financiers, et les seuls gagnants de ce petit jeu sont les intermédiaires, soit les banques.

Malgré ces années de création monétaire, nous faisons face à une récession en Occident. (…) Jour après jour, la dette s’accumule, ainsi que les conséquences inflationnistes qui en découlent. Cela va finir en désastre, c’est une question de temps. »

Source : résumé des interviews du 6 juin de KWN