La BCE démarre son QE version allégée

La BCE démarre son QE version allégée

0

Article de Peter Spence, du Telegraph :

La banque centrale européenne a commencé ses achats d’obligations sécurisées, l’une des 3 mesures prises pour donner un coup de fouet aux économies de la zone euro.

La BCE a démarré son programme d’achats d’actifs français afin de redresser l’économie européenne.

Les achats de lundi ont marqué le début du programme d’achat d’obligations sécurisées (CBPP3) ; il s’agit de l’un des 3 outils choisis par la BCE pour stimuler l’économie en zone euro. En achetant des obligations sécurisées, soit des obligations garanties par des crédits hypothécaires des créances sur le secteur public, la BCE a l’intention d’augmenter la taille de son bilan, ainsi que d’augmenter la demande en Europe.

La BCE a dévoilé le 17 octobre dernier comment ce programme allait être déployé. Elle ne se contentera pas d’acheter des obligations d’un seul pays ; au contraire, le programme « devrait être implémenté de façon uniforme et décentralisée ».

En plus de ses achats d’obligations sécurisées, la BCE a également dévoilé 2 autres mesures censées raviver la croissance dans la région ; soit un programme d’achat de titres adossés à des actifs ainsi qu’une série de prêts à taux fixe accordé aux banques. Jens Weidmann, président de la Bundesbank, a déclaré que « les achats d’actifs de la BCE suggèrent un passage à la philosophie de l’assouplissement quantitatif. »

Marshall Gitler, de IronFX, a déclaré que « l’ensemble de ces décisions semble indiquer que la BCE se dirige vers l’implémentation dans un futur proche de ce qui ressemble à assouplissement quantitatif. »

Tout en ajoutant que les investisseurs considèrent le changement de politique « comme encourageant, même si certains membres du conseil de la BCE sont loin d’être enthousiastes ».

Ces mesures ont été annoncées dans un contexte économique faible. Depuis qu’elles ont été annoncées par la BCE, l’inflation sur base annuelle a baissé à 0,3 % en septembre. L’inflation des prix à la consommation continue d’atteindre des niveaux bien inférieurs aux objectifs de 2 % de la BCE. Plusieurs indicateurs macro-économiques suggèrent désormais que la zone euro pourrait connaître une 3e récession technique. (…) »