La BCE s’achète-t-elle des obligations ?

La BCE s’achète-t-elle des obligations ?

0
bâtiment de la BCE

La BCE fait face a une pénurie de certaines obligations qu’elle doit acheter dans le cadre de son QE

« La BCE s’achète peut-être des obligations alors qu’il n’y a pas suffisamment de titres pour satisfaire les achats prévus dans son QE. Cette affirmation provient d’économistes de Jefferies.

Le programme d’achat d’obligations de la BCE est en cours depuis près de 18 mois ; les investisseurs et les analyses se sont souvent demandés si la banque centrale trouve suffisamment de dette à acheter.

D’après Marchel Alexandrovich et David Owen de Jefferies, la BCE pourrait être en train de s’acheter indirectement des obligations. C’est ce qu’ils ont indiqué dans une note publiée ce jeudi. La BCE n’a pas répondu dans l’immédiat à notre sollicitation pour un commentaire.

Néanmoins, voici comment Jefferies pense que cela fonctionne. Le QE de la BCE est implémenté à travers plusieurs banques centrales nationales, comme la Bundesbank allemande ou la Banco de Espana espagnole. Les banques centrales nationales achètent des obligations en suivant les règles établies par la BCE.

Le problème est que les contraintes fixées limitent les actifs que les banques peuvent acheter. Ces règles empêchent par exemple l’achat d’une quantité trop importante de dette d’un même pays, ou encore l’achat d’obligations présentant un taux négatif trop important. La dette portugaise et irlandaise, par exemple, devient rare aujourd’hui.

Mais les banques centrales nationales vendent également des obligations d’État. Il leur arrive de réduire certains actifs de leur portefeuille dans le cadre de leurs activités de gestion de leurs réserves. Ceci dans le cadre de leur objectif de s’assurer que les banques, les institutions d’État et d’autres organisations « gèrent leurs réserves libellées en euros de façon globale et efficace dans un cadre sûr, confidentiel et fiable ».

Cela signifie, par exemple, que tandis que la Bundesbank achetait pour 209 milliards d’euros d’obligations d’État entre mars et juillet, la banque centrale allemande a également vendu pour 43 milliards de ces actifs, d’après Jefferies.

Ces obligations se retrouvent alors sur le marché, ce qui potentiellement pourrait aider les banques centrales à contourner les restrictions du programme de la BCE.

« Cela suggère que l’une des façons dont le QE a été implémenté, surtout dans les pays où la pénurie peut être un problème, est que les banques centrales nationales s’achètent des obligations ; ou, plus singulièrement encore, à d’autres banques centrales nationales de la zone euro, » a déclaré Alexandrovich.

La prochaine réunion de la BCE du 8 septembre, qui sera suivie par une conférence de presse, sera observée de près afin de savoir si la banque centrale européenne renforcera son QE, peut-être en assouplissant les restrictions qui ont provoqué la pénurie de dette éligible. »