La BNS, preuve que les banques centrales ne peuvent pas tout contrôler

La BNS, preuve que les banques centrales ne peuvent pas tout contrôler

0

Un nombre grandissant de particuliers qui ont misé sur l’or et l’argent durant les 3 dernières années ont montré récemment des signes d’impatience, regrettant presque d’avoir placé leur confiance dans les métaux précieux.

À force de voir le cours des MP baisser, ils se sont mis à penser que les banques centrales étaient vraiment toutes-puissantes. Si elles ont réussi à maintenir les apparences depuis maintenant 7 ans, ce calme relatif n’a été obtenu qu’à travers des sacrifices très lourds, qui n’ont fait qu’empirer la situation. Le symbole de cette impuissance vient de nous être donné par la Banque Nationale suisse.

Comme l’a déclaré le professeur Malmgren à KWN :

« La BNS vient de donner tort à ceux qui pensaient que les banques centrales pouvaient tout contrôler. La Banque Nationale Suisse a cru pouvoir juguler la hausse du franc. En abandonnant le plafond, Elle vient d’admettre que c’était impossible.

L’illusion de l’omnipotence des banques centrales s’est évanouie. (…) Les banques centrales ne peuvent pas déterminer les cours des actifs et des devises, ou le niveau d’inflation. Les Suisses viennent de le prouver. »

Ce qui vaut pour le franc Suisse est évidemment valable pour l’or et l’argent. Tôt ou tard, les entités qui plafonnent les cours des métaux précieux se retrouveront dépassées par les événements, et devront jeter l’éponge comme la BNS vient de le faire. L’or, malgré la vigueur du dollar et la baisse générale des matières premières, vient de connaître l’une de ses plus belles hausses des 4 dernières années. Une nouvelle preuve que le moment de vérité se rapproche. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le prochain sommet de Davos connaîtra une assistance record. En coulisse, la panique s’installe tout doucement.