La chute de Rome – ce qui attend les États-Unis

La chute de Rome – ce qui attend les États-Unis

0

« L’histoire est un professeur que personne n’écoute » – Otto von Habsburg

Le Dr Paul Craig Roberts possède une pièce romaine en plomb, le symbole de la déchéance romaine vers laquelle les États-Unis se dirigent. Voici comment Rome s’est écroulée, et comment les États-Unis s’effondreront (source) :

Denarius-Romain

« L’Empire romain était bien sûr une puissance hégémonique, il dictait sa loi sur tout le monde connu, ou disons sur une grande partie de celui-ci. Il ne devait pas que combattre hors de ses frontières, mais aussi faire face à des guerres civiles. Les coûts engendrés par ses armées sur son territoire et à l’étranger ont tout simplement mis l’empire en faillite.

Vers la fin, ils ont continué à financer l’empire de la même façon que les États-Unis le font en ce moment, ils ont créé de l’argent. Bien sûr, à l’époque il ne s’agissait pas d’argent papier. Ils utilisaient donc d’autres métaux que l’or, l’argent et le cuivre afin de diluer la valeur des pièces. Le denarius en argent était à la base du système monétaire romain. Il s’agissait d’une pièce en argent de 3 à 4 g, il servait notamment à payer les légions.

Ils ont donc commencé à dévaluer le denarius. Tout d’abord en ajoutant un peu de plomb, ce qui a permis de produire plus de pièces et donc de payer plus de soldats. Petit à petit, ils ont ajouté de plus en plus de plomb. La pièce que je possède date du IIIe siècle après Jésus-Christ, je crois qu’elle est intégralement en plomb. Il y a peut-être 1 % d’argent dans cette pièce. Les denarius sont donc devenus de vulgaires pièces de plomb, sans aucune valeur intrinsèque. À partir de là, l’empire a connu une grosse inflation à cause de la production excessive de denarius.

C’est exactement ce que font les États-Unis avec leur assouplissement quantitatif. La Fed crée d’énormes quantités de monnaie. Malgré le tapering, la création monétaire reste énorme. Il est donc très difficile de prédire un futur heureux pour les États-Unis. (…)

Pour créer autant de monnaie, la Fed a créé une bulle sur les marchés actions et obligataires. Le pays compte une énorme dette qui exige un taux d’intérêt à presque 0 % pour être financée. Autrement dit, la dette doit être payée par la dette, ce qui se fait via sa monétisation, donc l’augmentation de la masse monétaire. »