La Fed de Dallas a manœuvré pour dissimuler les pertes des banques...

La Fed de Dallas a manœuvré pour dissimuler les pertes des banques liées au secteur de l’énergie

0

C’est un article exclusif de Zero Hedge, publié le 17 janvier 2016, qui annonce la nouvelle : la Fed de Dallas a suspendu en douce l’évaluation à la valeur de marché de la dette du secteur énergétique émise par les banques de l’État afin qu’elles dissimulent leurs pertes.

Alors que le baril vient de passer en dessous de la barre des 30 $, le secteur du pétrole de schiste et de l’énergie en général marche plus que jamais sur une fine pellicule de glace. Les banques commencent déjà à provisionner des montants pour essuyer les pertes des crédits non performants du secteur énergétique mais cela risque d’être bien insuffisant. Par exemple :  Wells Fargo a provisionné 118 millions alors que son portefeuille de crédits accordés à des sociétés énergétiques s’élève à 17 milliards.

Au début de la semaine dernière, Zero Hedge avait déjà relayé la rumeur faisant état d’une réunion entre les huiles de la Fed de Dallas et des cadres supérieurs de banques texanes à Houston. Quel fut le message délivré aux banques ? De ne pas forcer les défauts des sociétés énergétiques et de favoriser plutôt le scénario de la vente des actifs.

Désormais, le média financier iconoclaste américain pense savoir que le doute n’est plus permis alors qu’une seconde source a confirmé l’information. D’après un analyste du secteur énergétique, l’un de ses clients lui a révélé avoir été invité à un déjeuner où étaient présents des membres de la Fed de Dallas. Ceux-ci avaient déjà demandé au préalable l’accès complet à toutes les données concernant les crédits en cours pour supervision. La Fed aurait été choquée par ses découvertes du côté des chiffres non publiés. Cette réunion déjeuner a également été confirmée par les employés d’une banque d’investissement suisse renommée qui dispose d’une succursale à Houston.

Voici ce qui s’est décidé durant cette réunion secrète : la Fed de Dallas a suspendu dans les faits l’évaluation à la valeur de marché (mark-to-market) des crédits liés au secteur énergétique. Cette décision prévient la dépréciation des actifs à leur valeur réelle, falsifiant donc de facto le bilan de ces banques et leur solidité financière. Autrement dit, nous avons une entité officielle, censée superviser les banques, qui leur « suggère » ni plus ni moins de cacher leurs pertes massives.

Il faut dire que l’enjeu est de taille : si cette Bérézina du crédit énergétique devait être étalée sur la place publique, on pourrait assister à une panique débouchant sur une explosion similaire à celle des subprimes en 2008. Tout ceci alors que l’ambiance sur les marchés est tout sauf à la fiesta.

D’après Wolfe Research et d’autres entités sérieuses, près d’un tiers des producteurs de pétrole et de gaz américains sont sous la menace de la faillite ou d’une restructuration d’ici 2017 si les prix de l’énergie ne connaissent pas un rebond significatif entretemps.

Pour finir Zero Hedge a demandé une petite réaction à Robert Steven Kaplan, nouveau président de la Fed de Dallas et ancien de Goldman Sachs (22 ans), concernant cette rumeur. Demande restée sans réponse jusqu’à ce jour.