La Grèce fut à 2 doigts du défaut volontaire le week-end dernier

0
817

Au sein même de SYRIZA, les différends entre l’aile dure du parti et les modérés se creusent. Ce week-end, un vote a eu lieu afin de geler tout remboursement en cas d’un nouveau recours au chantage des institutions pour obtenir ce qu’elles veulent. Le non l’a emporté de justesse.

ZeroHedge relaie l’article du New York Times, qui fut le premier média sur la balle :

« Alors que la Grèce se trouve dans la dernière ligne droite des négociations avec ses créditeurs qui ont pour objectif de restructurer la dette du pays pour éviter un défaut imminent, le premier ministre Alexis Tsipras doit faire face à la pression grandissante d’une frange de son propre parti.

Après des semaines passées à calmer les éléments les plus radicaux de SYRIZA, Mr Tsipras a été confronté à son plus grand défi depuis sa victoire aux élections de janvier. Une faction du parti connue sous le nom de la « plate-forme de la gauche » a proposé que la Grèce cesse tout remboursement si ses créditeurs continuent à recourir au chantage et qu’elle cherche une alternative.

La proposition a été faite alors que le ministre de l’Intérieur, Nikos Voutsis, a déclaré à la télévision grecque qu’Athènes ne serait pas capable de payer les 1,6 milliards d’euros qu’elle doit rembourser le mois prochain au FMI, l’un des 3 créditeurs internationaux de la Grèce. « Nous ne payerons pas car nous n’avons pas l’argent » a-t-il déclaré. »

Le vote a eu lieu et le non l’a emporté par une marge de 20 voix (95 contre 75). Le New York Times poursuit :

« Le fait que l’approche plus modérée de M. Tsipras l’ait emporté représente une petite victoire pour le premier ministre. Mais le support important affiché pour la proposition de la plate-forme de gauche indique que Tsipras est dans une situation précaire devant faire le grand écart entre les demandes des créditeurs et les souhaits du parlement. »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here