La propagande anti or démontée par Doug Casey

La propagande anti or démontée par Doug Casey

0

Article de Doug Casey (version élaguée), publié le 18 décembre 2015, démontrant point par point chaque argument de la propagande anti or :

« (…) Examinons les mèmes que l’on ne cesse d’entendre à propos de l’or :

L’or est risqué

Le facteur de risque dépend du prix. Si le prix d’un actif est élevé, son risque l’est aussi tout simplement parce que l’offre risque d’augmenter et la demande de baisser ce qui aura pour effet mécanique de faire baisser le prix. Donc oui, l’or à 1100 $ est plus risqué qu’à 700 ou à 200 mais même lorsque l’or était à 35 $, il y avait un commentateur financier célèbre répondant au nom d’Eliot Janeway qui répétait que si le gouvernement n’avait pas fixé le cours de l’or à 35 $ l’once, il serait à 8 $.

Le risque est toujours relatif. Il est très élevé sur les marchés actions aujourd’hui. Les obligations sont ultra risquées. L’immobilier dans certaines grandes zones urbaines atteint des records. Le dollar, même s’il est cycliquement populaire, est en route pour atteindre sa valeur intrinsèque. En fait, tous ces actifs forment une bulle. Oui, l’or est risqué maintenant mais bien moins que les autres alternatives.

L’or ne rapporte aucun intérêt

Ce n’est vrai que si vous ne le prêtez pas, tout comme un billet de 100 € ne rapporte rien. Il est possible d’obtenir le paiement d’intérêts à partir de tout ce qui est considéré comme de l’argent… si vous le louez. Le problème, c’est qu’en cas de prêt, vous courez le risque de ne pas revoir le principal. Sans parler qu’aujourd’hui de nombreuses banques appliquent des taux d’intérêt négatifs, une absurdité.

Le stockage et l’assurance de l’or coûtent de l’argent

C’est quelque part vrai mais il s’agit d’une manipulation sophistiqué. Vous pouvez vouloir assurer votre or comme vous assureriez vos bijoux, une œuvre d’art et même des certificats d’actions ou les garder en lieu sûr. Vous payez également des frais sur votre assurance-vie.

Par contre, vous pouvez posséder de l’or sans assurance et sans frais de stockage en l’enterrant ou en la cachant habilement, chose impossible pour de nombreux autres actifs. Vous pourriez aussi vouloir ne pas avoir d’assurance ou de stockage chez un tiers pour éviter que le gouvernement sache exactement ce que vous possédez et où.

L’or n’est pas vraiment utile

Cet argument étale l’ignorance dans les secteurs de la chimie et de l’économie de celui qui l’avance. Il est bien sûr beaucoup utilisé dans la bijouterie ainsi que dans la dentisterie et les microcircuits. L’or est utile car il s’agit du métal le plus malléable et le plus résistant à la corrosion de tous. Ce qui signifie qu’on lui trouve quasi tous les jours de nouvelles utilisations. C’est aussi le meilleur conducteur de chaleur et d’électricité ainsi que le plus réflecteur, derrière… l’argent. Il s’agit donc d’un matériel high-tech mais ces raisons sont pourtant secondaires car l’utilisation principale de l’or a toujours été d’être la monnaie.

L’or est cher

Cette objection est intéressante mais applicable à tout actif. Elle est en fait critique. Il est facile de déterminer le prix de quelque chose. Ce qui est compliqué, c’est de calculer sa valeur. Jusqu’en 1933 :  1 dollar correspondait à 1/20 d’once d’or. Jusqu’à 1971, à un 35e d’once d’or. Après la dévaluation de 1971, le cours officiel fut fixé à 42,22 dollars, un chiffre sans valeur vu que personne n’échangeait le métal jaune à ce prix. Il est difficile de déterminer la valeur de quelque chose lorsque votre instrument de mesure ne cesse de grandir.

Les investisseurs futés ont déserté l’or depuis longtemps

Cette assertion ne repose sur rien de tangible. Qui sont ces investisseurs futés ? De plus, l’or ne représente qu’environ 0,5 % de l’ensemble des actifs financiers.

Les États-Unis peuvent vendre leur or pour déprimer le marché

Je pense que c’est irréaliste. Le gouvernement américain déclare posséder 265 millions d’onces d’or. Disons pour 300 milliards de dollars. Je pense qu’il s’agit de cacahuètes. C’est par exemple seulement la moitié du déficit américain 2015. La moitié du déficit commercial. 2 % des dollars détenus à l’étranger. Les États-Unis pourraient être le plus gros porteur d’or physique du monde mais le pays ne possède que 5 % des 6 milliards d’onces en existence.

Vous ne devez posséder qu’un tout petit peu d’or en tant qu’assurance

Cet argument est souvent avancé par ceux qui s’attendent à un effondrement de civilisation. Ils conseillent d’investir dans le productif. Cette théorie est pauvre. L’investisseur intelligent prend ses décisions en fonction du retour possible tout en prenant en compte le risque, la liquidité et la volatilité. Parfois il vaut mieux miser sur une seule classe d’actifs : tantôt c’est l’immobilier, tantôt les actions, tantôt les obligations.

Les taux d’intérêt sont près de zéro, l’or va baisser lorsqu’ils vont grimper

Lorsque les taux sont intéressants, les gens ont tendance à préférer les dépôts et donc de vendre d’autres actifs comme l’or mais il y a d’autres facteurs à prendre en compte. Si les taux sont à 20 % mais que l’inflation est à 40 %, le taux réel s’élève à -20 %. C’est plus ou moins ce qui s’est passé dans les années 70 lorsque les taux et l’or grimpèrent de concert.