La Russie s’apprête à attaquer le pétrodollar

La Russie s’apprête à attaquer le pétrodollar

La position du dollar, en tant que devise d’échange des énergies, fournit aux États-Unis de nombreux avantages injustes. Il semblerait que Moscou soit prêt à faire tomber ces avantages.

Oil Pumps

Le pétrodollar est l’un des piliers de l’économie américaine, car son existence entraîne une importante demande internationale pour le billet vert, ce qui permet aux États-Unis d’accumuler une dette énorme. Si une société japonaise veut acheter des barils de pétrole saoudien, elle doit payer en dollars même si aucune entreprise américaine n’est impliquée dans la transaction. Le dollar bénéficie d’une telle position dominante sur ce marché énergétique que même les contrats de gaz naturel de Gazprom en Europe sont libellés et réglés en dollars. Jusqu’il y a peu, une grande partie du commerce entre la Chine et l’Europe se faisait via le billet vert.

Récemment, la Chine a pris la tête des BRICS afin de remettre en question l’hégémonie du dollar, mais la guerre des sanctions entre Washington et Moscou a permis d’accélérer le projet du lancement du « pétrorouble », ayant pour but de s’émanciper du dollar pour toutes les exportations russes de pétrole et de gaz.

Le principal partisan de ce plan est Sergey Glaziev, le conseiller économique du président russe et Igor Sechin, CEO de Rosneft, la plus grosse société pétrolière russe et proche de Poutine. Ces 2 hommes n’ont cessé de prêcher pour un remplacement du dollar par le rouble. Désormais, des membres importants du gouvernement œuvrent à son implémentation.

Cela a commencé avec le ministre de l’Économie, Alexei Ulyakaev, qui a déclaré à la chaîne Russia 24 que les sociétés énergétiques russes devraient se débarrasser du dollar : « elles doivent être plus courageuses en signant des contrats en roubles et dans les devises de ses pays partenaires, » a-t-il déclaré.

Le 2 mars dernier, le CEO de la banque d’État VTB Andrei Kostin, a déclaré à la presse que Gazprom, Rosneft et Rosoboronexport (société spécialisée dans la vente d’armes), peuvent commercer en roubles. « J’ai parlé avec les dirigeants de Gazprom, Rosneft et Rosoboronexport ; ils ne voient aucun inconvénient à utiliser le rouble, ils ont juste besoin d’un mécanisme pour le faire. »