Le bilan de la Fed à 0,5 % de son record : où est le « tapering » ?

0
2083

Article de Simon Black, publié le 15 mai 2015 sur le blog SovereignMan.com :  « Vous rappelez-vous du ramdam de l’année dernière à propos du fameux « tapering » de la Fed ? Après des années de création monétaire sortie tout droit de son chapeau, la Fed annonçait mettre un terme à ses programmes d’assouplissement quantitatif (QE) sans précédent. Au total, le bilan de la Fed a explosé passant de 800 milliards à 4,5 trillions entre 2008 et 2014, ce qui est tout sauf réjouissant. Un bilan surchargé signifie que la Fed utilise un effet de levier trop important et que sa marge de manœuvre est très étroite en cas de problème sérieux pour le système financier. En 2008, de grosses banques (Lehman, Wachovia, etc.) étaient également surendettées sans disposer d’un filet de sécurité sérieux. Lorsque les choses ont mal tourné, elles se sont retrouvées au tapis. Comme la Fed qui a passé 6 ans à créer de la monnaie et à augmenter son portefeuille d’actifs, ces banques avaient pris des risques substantiels. En 2014, la Fed devait cependant mettre un terme à cette politique. Janet Yellen ainsi que son prédécesseur Ben Bernanke avaient promis le fameux tapering soit la réduction et plus tard l’élimination des programmes d’achats d’obligations des QE. En octobre, le QE tirait enfin sa révérence et le dollar commençait à s’apprécier en conséquence mais en fait tout ceci n’était que du cinéma. Chaque jeudi, la Fed publie l’état de son bilan pour ceux que cela intéresse. Je le suis religieusement. La mise à jour du 14 mai montre que la semaine précédente, le bilan de la Fed a augmenté massivement de 28,5 milliards de dollars principalement suite à des achats de MBS, la classe d’actifs toxiques qui a provoqué l’explosion de l’économie en 2008. Suite à cette grosse augmentation, le bilan de la Fed est de nouveau au-dessus de la barre des 4,5 trillions… à seulement 0,5 % de son plafond record. On ne peut pas vraiment donc parler de tapering… La marge de sécurité de la Fed est quasi nulle. Et si on devait valoriser ses actifs à leur valeur réelle (mark to market), la Fed serait déjà probablement insolvable. Hier, je vous avais expliqué comment, selon les propres mots de la FDIC (l’organisme public responsable de la stabilité bancaire aux USA), les États-Unis ne sont pas prêts  pour affronter une future crise financière beaucoup de banques américaines disposant de liquidités minimales. Aujourd’hui, c’est au tour de la Fed de se mettre à nouveau en position d’insolvabilité. Tout ceci avec la bénédiction du gouvernement américain qui, selon ses propres estimations, dispose d’un patrimoine négatif de -18 trillions de dollars. Tout ceci ne sent pas bon. On a poussé la plupart des gens à croire que les banques sont sures ainsi que le système financier et le dollar. Mais objectivement, les faits sont nombreux pour prouver que le système est loin d’être sûr. Personne ne dispose d’une boule de cristal, moi le premier. Il est possible que les choses se poursuivent ainsi durant de nombreuses années. Le système pourrait également s’effondrer demain, personne n’est en mesure de donner la date exacte. Mais face à un tel risque, il est certainement sage de réduire votre exposition. Faites l’acquisition d’actifs tangibles détenus en dehors du système. Que ce soit de l’or, de l’immobilier ou une entreprise productive. (…) Diversifiez-vous. Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, notamment dans un même pays où le gouvernement et le système bancaire sont insolvables. (…) »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here