Le pic pétrolier sonnera-t-il le glas des États-Unis ?

Le pic pétrolier sonnera-t-il le glas des États-Unis ?

0

Depuis le début de cette décennie, le miracle de la fracturation hydraulique a permis aux États-Unis de retrouver une certaine indépendance énergétique et au passage de doper son économie en récession. Néanmoins, ce boum a été rendu possible par deux facteurs : un cours élevé du baril et l’accès facile au financement bon marché. Ces deux conditions ayant disparu, le secteur de la fracturation hydraulique est en grand danger et selon cet article de SRSRoccoReport.com, publié le 15 mai 2015, c’est le pic pétrolier américain qui sera l’élément déclencheur de l’accélération du déclin des USA :

« Les États-Unis sont dans de sales draps. Le champ pétrolifère de Bakken à qui les États-Unis doivent leur soi-disant indépendance énergétique montre des signes de plafonnement. Non seulement la production de pétrole de Bakken a significativement baissé mais aussi celle d’Eagle Ford. Si nous avons bel et bien assisté au pic de production de ces 2 gisements, l’effondrement de l’économie américaine est quasi certain. (…)

Si nous observons ces deux graphiques surtout celui d’Eagle Ford, nous voyons clairement que le pic actuel est un déclin plus marqué que d’autre tendance baissière du passé. De plus, il pourrait ne s’agir que du début d’une baisse plus prononcée à venir au cours de cette année.

Eagle-Ford-Pic-Petrolier

Pourquoi ? Notamment en raison du déclin du nombre de puits dans le champ de Bakken. Le DMR fournit les chiffres suivants : en février le nombre de puits actifs était de 133, il est passé à 108 en mars, à 91 en avril et à 83 aujourd’hui.

Cela dit, il ne s’agit que des puits de la portion du Dakota du Nord de Bakken. Ce champ se trouve également en partie dans le Montana mais la majorité de la production provient du Dakota du Nord. De plus, le nombre de forages dans Eagle Ford est passé de 218 il y a un an à 105 aujourd’hui. (…)

En 2014, l’industrie américaine du pétrole de schiste perdait déjà de l’argent lorsque le baril était à 93 $. (…) En 2014, les sociétés américaines de fracturation hydraulique possédaient une trésorerie négative de 10,4 milliards de dollars contre 2,9 milliards en 2013. (…)

Le pic pétrolier signalera l’effondrement à venir des Etats-Unis.

Peu d’Américains réalisent que la richesse d’un pays dépend de ses ressources naturelles. Durant les années 40 et 50, les États-Unis étaient l’Arabie Saoudite d’aujourd’hui. Cependant après le pic pétrolier de 1971, des importations supplémentaires de pétrole furent nécessaires pour répondre à la demande domestique croissante. Les États-Unis furent capables d’importer du pétrole grâce à sa prise de contrôle du commerce international via la monnaie de réserve mondiale, le dollar.

En bref, les États-Unis purent vivre aux crochets des autres nations (richesse et ressources) en accumulant les balances commerciales déficitaires tout en augmentant sa dette. Malheureusement pour eux, la planète n’est plus encline à accepter des dollars sans valeur (produits à la chaîne par la Fed) en échange de biens et de services.

Le système financier américain est mort en 2008. Il a été ressuscité par des injections massives de la Fed et du gouvernement. Cette abondance de liquidités a permis l’extraction de pétrole de schiste donnant l’illusion d’une indépendance énergétique retrouvée des États-Unis. Lorsqu’il sera définitivement acquis que la production de pétrole par fracturation hydraulique a atteint son pic, ce sera le début de l’effondrement de l’économie américaine.

Pourquoi ? Les États-Unis sont en difficulté alors que les BRICS continuent d’établir un système commercial alternatif pour contourner le dollar. Lorsque celui-ci ne sera plus nécessaire au commerce mondial, le prix des importations américaines grimpera significativement surtout de pétrole. Ce qui signifie que les importations de brut baisseront dans un contexte de baisse de la production nationale. Cet environnement provoquera un déclin marqué de l’activité économique. (…) »