Le risque subprime est de retour, cette fois garanti par le gouvernement...

Le risque subprime est de retour, cette fois garanti par le gouvernement américain !

0
crédits subprimes assurés par Ginnie Mae

Article de Wolf Street, publié le 21 juin 2016 :

« La Fed de New York vient juste de lancer un avertissement à propos de la bombe à retardement du crédit hypothécaire subprime, qui recommence à s’amasser. (…) Mais contrairement à la dernière crise immobilière, une grande partie de ces bombes à retardement sont désormais garanties par le gouvernement.

Les subprimes sont le symbole de la crise financière de 2008, ayant explosés alors que les prix de l’immobilier s’effondraient. Les gens qui pensaient être propriétaires d’un actif ont réalisé qu’ils étaient simplement des locataires endettés. Ils ont géré la situation du mieux qu’ils pouvaient : soit en arrêtant de payer et en habitant les lieux jusqu’à leur expulsion. Le taux de défaut sur les crédits hypothécaires subprime a grimpé à 25 % en 2007. Les banques, se retrouvant avec des actifs inférieurs à la valeur des crédits, s’effondrèrent. Les titres adossés à ces créances hypothécaires implosèrent, les fonds obligataires également, provoquant le feu d’artifice désormais bien connu. Si les subprimes n’ont pas provoqués à eux seuls la crise financière, ils furent un rouage important d’une folle machine.

Aujourd’hui, cette machine est devenue encore plus folle. Les titres adossés à des créances hypothécaires, chargés de subprimes, sont plus que jamais sur le devant de la scène. À la différence que cette fois, les contribuables sont exposés en première ligne.

Durant le boom immobilier précédent, entre 2000 et 2005, les programmes gouvernementaux de garantie des crédits hypothécaires concernaient moins de 3 % de tous les crédits subprimes, alors que le privé assurait plus de 20 %.

Durant la dernière crise immobilière, l’assurance privée des crédits hypothécaires subprimes a chuté à quasi zéro. Le gouvernement, à travers plusieurs programmes (de la Federal Housing Administration, du Department of Veterans Affairs et du USDA’s Rural Housing Service), a repris le témoin, assurant plus que jamais des crédits subprimes. En 2009, le gouvernement garantissait presque 35 % de tous les crédits hypothécaires subprimes. Jusqu’il y a peu, il assurait encore 22 % de tous les nouveaux crédits hypothécaires à risque.

Ci-dessus, le graphe de la Fed de New York met en exergue le plongeon des prêts hypothécaires assurés par le privé durant la crise financière, et montre comment le gouvernement a repris le flambeau. Le rapport indique que quasi tous ces crédits hypothécaires, dont le remboursement du principal et des intérêts est garanti aux investisseurs qui achètent les titres composés de ces créances, sont assurés par Ginnie Mae, organisme public. Ce qui signifie que ce sont les contribuables américains qui endossent le risque. »

Jusqu’à présent, tout va bien : la bulle immobilière continue d’être alimentée. Mais lorsque les prix commencent à se stabiliser pour ensuite baisser, on risque bien de revivre une crise des subprimes. Sauf que cette fois-ci, l’État est en première ligne.