Les arguments en faveur de l’or plus forts que jamais (Ron Paul)

Les arguments en faveur de l’or plus forts que jamais (Ron Paul)

1
Ron Paul

Article de Ron Paul, publié le 9 juin 2016 sur DailyReckoning.com :

« 34 ans après sa première publication en 1982, « The Case for Gold » (les arguments en faveur de l’or) reste incroyablement actuel. « The Case for Gold » est le rapport minoritaire de la US Gold Commission ; il s’agit d’un plaidoyer complet et poussé pour une monnaie saine.

Aujourd’hui, le Case for Gold reste une pièce intemporelle d’érudition. Elle offre aux générations futures un avertissement prescient ainsi que la voie à suivre pour se doter d’une monnaie saine et d’un dollar stable.

Lorsque mon collègue de la commission Lewis Lehrman et moi-même avons soumis ce rapport minoritaire, 10 ans avaient passé depuis l’enterrement définitif des vestiges du standard or via un décret exécutif de Richard Nixon. Ces 10 années d’interventions auraient dû nous montrer tout ce que l’histoire humaine nous enseigne :

Lorsqu’un pays adopte l’argent papier, qui peut être produit à l’infini, en tant que base de son système monétaire, les résultats ne peuvent être positifs pour la population. Les élites et le gouvernement peuvent bien s’en sortir pendant un certain moment, mais en bout de course c’est le peuple qui souffre. Les expérimentations à base d’argent papier, souvent adopté en tant que de solution temporaire, ne finissent jamais bien.

Les années 70 furent une décennie de malaise économique, résultat d’une dizaine d’années de politiques monétaires accommodantes de la part du gouvernement américain. L’hémorragie d’or des années 60 a poussé le président Nixon à annuler la convertibilité du dollar en or en 1971, coupant ainsi le dernier lien entre le dollar et l’or.

Les années suivantes furent le théâtre de l’émergence de la stagflation, lorsque l’inflation et le chômage grimpèrent de concert. Les taux d’inflation atteignirent les 2 chiffres à la fin de la décennie alors que le chômage continuait de grimper, plafonnant jusqu’à 11 % au début des années 80. C’est dans ce contexte économique que l’appel à la création de la US Gold Commission fut lancé.

En 1980, le sénateur Jesse Helms introduisit un amendement au Sénat, alors que j’en faisais de même à la chambre des représentants, afin d’établir une commission pour examiner l’utilisation de l’or dans le système monétaire. (…)

Si le président Reagan était favorable au standard or, il ne fit rien pour restreindre les membres anti or de son administration. Ce qui explique pourquoi la Gold Commission déborda de supporters de la Fed et de l’argent papier. Les dés étaient pipés dès le départ au détriment des partisans de l’or.

Malgré la recommandation finale de la commission en faveur du système de l’argent papier, ses travaux ont débouché sur des développements positifs, comme la possibilité d’adopter une législation autorisant la fabrication de pièces d’or par les monnaies des Etats du pays ainsi que la publication du rapport minoritaire de la commission, The Case for Gold. (…)

La majorité de la recherche historique de ce rapport fut effectuée par l’éminent économiste de l’école autrichienne Murray Rothbard. Il était le plus grand spécialiste de l’histoire monétaire américaine. Son travail montre très clairement que l’intervention du gouvernement dans les affaires monétaires atteint son pic durant les crises économiques. The Case for Gold explique toutes ces interventions, leurs effets désastreux ainsi que les étapes à suivre pour libérer les marchés et rendre à l’or son rôle légitime de monnaie tangible ultime.

Dans ce rapport, nous avions prédit que sans des changements substantiels, la nation ferait face à des difficultés économiques durables, à des cycles économiques, à la dépréciation du dollar, à l’alourdissement du poids du gouvernement et à la baisse continue des libertés individuelles. Malgré des illusions éphémères de prospérité en hausse qui se sont révélées être des soufflés, ces prédictions se sont indiscutablement réalisées.

Depuis cette époque, personne n’a œuvré pour réduire le poids du gouvernement. Simultanément, l’Américain moyen dispose moins de pouvoir d’achat qu’à n’importe quel moment depuis les années 70 alors que la valeur du dollar a chuté brutalement depuis 1971. Le revenu médian a à peine grimpé durant toute cette période. La dette d’un trillion de dollars de l’époque s’est muée en dette de 19 trillions.

Le système bancaire est cassé. Les contribuables et les épargnants sont pillés quotidiennement à des niveaux sans précédent pour maintenir en vie toute une série de banques zombies, des créances douteuses, un taux de chômage élevé, des faibles créations d’entreprises et un gouvernement en faillite. C’est pourquoi de nombreux jeunes n’ont aucun espoir pour leur avenir. (…)

Comment changer les choses ? Dans notre rapport de 1982, nous avions suggéré plusieurs pistes de réformes, comme redéfinir la valeur du dollar sur base d’une certaine quantité d’or, de nouveaux standards libéralisés pour le secteur bancaire et la monnaie, etc. (…)

Aujourd’hui, je suis enthousiaste de voir que les jeunes générations se passionnent pour ce sujet. Elles comprennent que la Fed n’est rien d’autre qu’une autre entité bureaucratique comme Washington. Elle est perçue en tant que menace pour leur futur. C’est positif. Il y a également beaucoup de pression sur la Fed pour qu’elle soit plus transparente. Aujourd’hui, son pouvoir est enfin remis en question.

Le système à base d’argent papier de la Fed est la source majeure de nos soucis économiques. Il explique pourquoi le Congrès ne peut contrôler ses dépenses, pourquoi il peut financer ses guerres et l’État policier. Le monopole de l’argent papier fausse les signaux économiques, il crée des cycles de boums et d’effondrements. Il vole les Américains avec la taxe insidieuse qu’est l’inflation. (…)

Le besoin de réforme n’a jamais été aussi urgent. Les raisons sont fondamentalement les mêmes que lorsque le rapport a été publié pour la première fois. Ces principes sont immuables. La liberté et la monnaie saine sont inséparables. La monnaie doit être rendue au peuple des mains du gouvernement et de l’appareil de planification de la banque centrale. Le socialisme ne fonctionne jamais, au contraire de la liberté. »