Les rangs grandissants des ultrapauvres aux États-Unis

Les rangs grandissants des ultrapauvres aux États-Unis

0

Article de CBS News publié le 1er septembre 2015 :

« Sur base d’un indicateur honteux les États-Unis atteignent le rang de pays du Tiers-Monde.

Le nombre de résidents américains qui doivent survivre avec seulement 2 $ par jour a plus que doublé depuis 1996, plaçant 1,5 million de ménages et 3 millions d’enfants dans une situation économique désespérée. Il s’agit du constat du livre intitulé « 2 dollars par jour : vivre avec quasiment rien en Amérique », ouvrage publié le 1er septembre 2015 par la maison d’édition Houghton Mifflin Harcourt.

Cette définition de la pauvreté n’est pas arbitraire, il s’agit du niveau défini par la Banque Mondiale pour mesurer la pauvreté dans le monde développé. Même si les familles qui se démènent pour survivre avec un tel revenu sont la norme dans des pays en voie de développement comme le Bangladesh et l’Éthiopie, le grossissement des rangs des ultrapauvres aux États-Unis peut-être choquants vu que ce pays est considéré comme l’un des pays capitalistes les plus développés du monde.

« La plupart d’entre nous ont des difficultés à comprendre comment des familles dans un pays aussi riche que le nôtre peuvent vivre avec si peu, » a déclaré l’auteur Kathryn Edin. « Ces familles, contrairement à ce que l’on pourrait croire, travaillent. Leur glissement vers la pauvreté représente l’échec du marché du travail et des filets de sécurité de l’État. »

Il est clair que le marché du travail n’est pas facile pour de nombreux Américains, et pas que pour les plus pauvres. Mais le changement de traitement des employeurs envers les bas salaires a touché de plein fouet les travailleurs les plus pauvres, notamment avec la montée en puissance des horaires ultraflexibles devenus le cauchemar des parents d’un point de vue organisationnel mais aussi au niveau de la stabilité de la paie.

Les sociétés actives dans la grande distribution comme Wal-Mart ou les fast-foods utilisent des programmes de plus en plus perfectionnés qui leur permettent de définir les horaires à la dernière minute en fonction des besoins de chaque magasin. Cela réduit les coûts pour l’employeur mais complique la vie des employés, surtout lorsqu’ils ont des enfants ou des personnes à charge. (…)

La plupart des familles interviewées par les auteurs se considèrent comme des gens travailleurs. Bien loin des stéréotypes négatifs, les familles qui subsistent avec moins de 2 $ par jour veulent travailler et ont recours à l’autosuffisance pour nouer les 2 bouts. (…) « L’une des choses qui m’a surprise chez eux, c’est leur attachement clair au marché du travail, » a déclaré Schaefer. « Ces familles considèrent le travail comme le moyen de se sortir de leur condition. »

Mais comment font ces familles pour survivre ? Elles ont tendance à recourir aux mêmes stratégies, comme vendre leur propre plasma pour 30 $ la pochette ou vendre des métaux de récupération. Certaines familles vendent également leurs food stamps, ce qui est pourtant illégal mais qui reste un phénomène marginal.

Certaines femmes offrent leur corps contre des biens et des services. Les organisations caritatives privées n’offrent que peu d’assistance. (…) »