Les statistiques américaines des inscriptions au chômage : un nouveau chiffre bidon

1
584

La Chine est souvent raillée pour le manque de crédibilité de ses statistiques économiques, mais depuis 2008, les États-Unis et le monde occidental peuvent aisément soutenir la comparaison. Pour l’illustrer aujourd’hui nous nous penchons sur les statistiques américaines des inscriptions au chômage et sur un simple graphique qui permet de mettre en évidence leurs « anomalies » via l’article de Dave Kranzler, d’IRD : 

« (…) Si les statistiques des créations d’emplois, qui ne sont rien d’autre qu’un ramassis de fabrications dans leur intégralité, peuvent contenir ici et là une once de réalité statistique, le rapport hebdomadaire des inscriptions au chômage est l’incarnation de l’absurdité. Pardon, je retire ce que j’ai dit : ce rapport montre à quel point le gouvernement prend la population pour des idiots.

La semaine dernière j’ai écrit un article dans lequel je détaille pourquoi ces statistiques sont dénuées de sens (note : en pointant du doigt la baisse du taux de participation à la population active, des divergences entre les statistiques des Fed régionales et du gouvernement).

Le fait que le gouvernement puisse publier des statistiques économiques qui sont à 1000 lieues de la réalité montre à quel point il est devenu identique à ces gouvernements de républiques bananières d’Amérique du Sud des années 70 dont nous nous moquions allègrement.

Après tous les licenciements annoncés durant les dernières semaines, ainsi que toutes les enquêtes économiques des Fed régionales qui indiquent une baisse de l’emploi privé, il serait logique d’assister à une augmentation conséquente des inscriptions au chômage. Pour ne pas réinventer la roue, j’ai emprunté le graphique de ZeroHedge pour illustrer ce point (voir ci-dessus).

(Note : le Challenger Job Cuts report rapporte chaque mois les licenciements qui ont été annoncés par les entreprises. Cette statistique est compilée par la société privée Challenger, Grey & Christmas par région et par secteur. Il s’agit d’un indicateur utilisé pour déterminer la vigueur du marché du travail.)

Je retire donc ma déclaration concernant l’inutilité de cette statistique. Elle prouve que le gouvernement a décidé de substituer la réalité par une fable. Il montre jusqu’où le gouvernement est prêt à aller pour perpétuer la fraude et le crime qui se cache derrière l’énorme Ponzi qu’est notre économie, et transférer ainsi un maximum d’argent de la populace américaine vers les poches des élites. »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here