L’Islande aujourd’hui, les États-Unis demain (ou l’Europe) ?

L’Islande aujourd’hui, les États-Unis demain (ou l’Europe) ?

0
Reykjavik, Islande

Article de Ron Paul, publié le 17 octobre 2016 sur SafeHaven.com :

« Durant la crise financière de 2008, le gouvernement de l’Islande a gelé les comptes offshores des investisseurs étrangers libellés dans la devise du pays, la couronne islandaise. Récemment, le gouvernement islandais a annoncé qu’il allait débloquer la situation pour les titulaires des comptes qui acceptent de payer une « taxe de libération » qui pourrait s’élever jusqu’à 58 %. Les investisseurs qui préfèrent ne pas payer la taxe verront leurs investissements être « ségrégués » dans un fonds spécial qui investit uniquement dans des certificats de dépôt émis par la banque centrale islandaise. On s’attend à ce que ces CD offrent un rendement de 0,5 % maximum par an. Les investisseurs dans des comptes offshores ont donc le choix entre 2 possibilités : se faire confisquer une partie de leur argent via la taxe de libération ou indirectement via l’inflation.

Le gel des comptes offshores en couronne islandaise fut l’un des pans du programme de « stabilisation et de redressement » implémenté sous la supervision du Fonds Monétaire International (FMI), qui a également fourni un prêt d’un milliard de dollars à l’Islande. Non seulement les contribuables américains ont aidé le FMI à renflouer le gouvernement islandais, mais ils ont peut-être aussi aidé le FMI à conseiller l’Islande sur la meilleure façon de voler la propriété d’investisseurs américains !

Le rôle du FMI dans la saisie par l’Islande de la propriété d’investisseurs étrangers montre l’hypocrisie des responsables de cette organisation, qui se sont récemment inquiétés du support grandissant pour le protectionnisme, supposément incarné par le vote du Brexit. Cependant, le gel d’actifs appartenant à des investisseurs étrangers est une forme particulièrement néfaste de protectionnisme alors que le Brexit était plus motivé par le rejet de la bureaucratie de l’Union européenne que le rejet du libre-échange. Peut-être que le FMI et ses supporters craignent vraiment de perdre leur pouvoir d’utiliser l’argent des contribuables pour forcer d’autres pays à adopter les politiques économiques préférées de ses bureaucrates.

L’Islande n’est pas le seul gouvernement à avoir créé une taxe de libération pour augmenter ses rentrées. Juste l’année dernière, afin de lever des fonds pour des programmes fédéraux de mobilité, le congrès a donné le pouvoir à l’IRS de révoquer le passeport de tout Américain accusé de devoir plus de 50.000 $ de taxes.

Un Congrès de plus en plus désespéré et à la recherche de nouvelles méthodes pour arracher de l’argent aux Américains afin de financer l’État-providence. (…) »